• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Accident mortel de montgolfière dans le Tarn-et-Garonne : le pilote condamné à un an de prison ferme

L'accident qui s'est produit en 2014 avait fait un mort et plusieurs blessés graves. / © CHANTAL LONGO / MAXPPP
L'accident qui s'est produit en 2014 avait fait un mort et plusieurs blessés graves. / © CHANTAL LONGO / MAXPPP

Il comparaissait pour "homicide involontaire" et des blessures involontaires. Le pilote de l'appareil a été condamné par le tribunal correctionnel de Montauban après un accident qui avait fait un mort et plusieurs blessés graves en 2014.

Par France 3 avec AFP

Le drame s'était produit en 2014 à Cazes-Mondenard, dans le Tarn-et-Garonne. Un crash de montgolfière avait fait un mort et onze blessés dont trois graves. Le pilote de l'appareil vient d'être condamnée à trois ans de prison dont deux avec sursis par le tribunal correctionnel de Montauban.

A l'issue de l'audience, début novembre, une peine de trois ans de prison dont un avec sursis avait été requise à l'encontre de Bernard Jean. Il avait comparu pour "homicide involontaire" ainsi que pour des blessures involontaires avec "incapacités totales de travail" supérieures et inférieures à trois mois.

L'appareil, piloté par ce septuagénaire, s'était écrasé une demi-heure après le décollage. A bord, dix autres personnes étaient venues en famille ou en groupe pour un baptême de l'air payant.

 

Mesures de sécurité non respectées


Lors de l'atterrissage, la nacelle avait heurté le sol à plusieurs reprises sur une centaine de mètres. Elle s'était retournée sur les occupants et embrasée par le biais d'une flamme en provenance des brûleurs. 

Le pilote et neuf touristes avaient réussi à s'extraire. Mais un père de famille n'avait pu être dégagé et était mort carbonisé. Sa fillette, âgée de 10 ans, avait été grièvement brûlée. Sa mère ainsi qu'une autre passagère avaient également été gravement atteintes.

Selon un rapport d'expertise, lu au tribunal lors de l'audience, le pilote n'avait pas respecté plusieurs mesures de sécurité comme celle d'éteindre les brûleurs à l'atterrissage.

Le pilote avait en outre dépassé de 150 kg les limites de poids dans la nacelle avec 11 personnes à bord au lieu de 9 et commis des erreurs sur la météo. Bernard Jean avait contesté ces affirmations, estimant que s'il n'avait pas agi comme il l'avait fait, "il y aurait eu 11 morts". Son avocat avait plaidé la relaxe.

 

Sur le même sujet

Hérault : un mort et 2 blessés dans une collision entre 2 jet-skis au large de Marseillan

Les + Lus