Tarn-et-Garonne : à Saint-Antonin-Noble-Val, malgré la désertion britannique, la fréquentation touristique en hausse

Avec l'annonce de la quatorzaine obligatoire pour entrer au Royaume-Uni depuis samedi, beaucoup de touristes britanniques ont déserté le Sud-Ouest de la France. À Saint-Antonin-Noble-Val, leur départ est rattrapé par une hausse de fréquentation touristique nationale.

Les rues de Saint-Antonin-Noble-Val font le plein de touristes malgré le départ des Britanniques.
Les rues de Saint-Antonin-Noble-Val font le plein de touristes malgré le départ des Britanniques. © FTV/ Rémy Carayon
Après l'annonce brutale de la mise en place d'une quatorzaine ce samedi 15 août au Royaume-Uni pour les voyageurs venant de France, les touristes d'outre-Manche ont précipité leur retour de vacances. En quelques jours Saint-Antonin-Noble-Val s'est vidée de ses touristes britanniques. 
"On sent la différence. Ils sont arrivés, ils ont mis du temps à venir mais sont vite repartis depuis l'annonce du gouvernement anglais", constate Christelle Gallo, une commerçante. Pour Renée Shakeshaft, gérante de l'auberge du Lion d’Or, les touristes britanniques ne sont tout simplement pas venus de l'été.

Il y a eu beaucoup d'annulation dès le mois de mai et d'avril. Maintenant avec cette quarantaine les gens ont peur de venir car ils craignent que leurs vols ne soient annulés.

Renée Shakeshaft, gérante de l'auberge du Lion d’Or

Une hausse du tourisme local


Pour autant, les touristes remplissent bien les rues de la petite commune du Tarn-et-Garonne. L'office de tourisme note une hausse de 10 à 15% de la fréquentation par rapport à l'été dernier. Ces touristes sont plutôt nationaux.
"Il s'agit d'un tourisme plus local, provenant de Midi-Pyrénées ou d'un secteur de 100 kilomètres à la ronde", commente Joël Bouzillard, le président de l'office de tourisme intercommunal de Saint-Antonin-Noble-Val.

 Le reportage d'Amy MacArthur et Rémy Carayon à Saint-Antonin-Noble-Val :
Tarn-et-Garonne : à Saint-Antonin-Nobleval, malgré la désertion britannique, la fréquentation touristique en hausse
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie terroir culture régionale