• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Dans le Tarn, des élus font analyser leurs cheveux pour y chercher des perturbateurs endocriniens

Les élus se sont fait couper une mèche de cheveux pour analyser les perturbateurs endocriniens retrouvés. / © Manon Bazerque / France 3 Occitanie
Les élus se sont fait couper une mèche de cheveux pour analyser les perturbateurs endocriniens retrouvés. / © Manon Bazerque / France 3 Occitanie

Ils veulent connaître leur taux de contamination aux perturbateurs endocriniens et témoigner pour sensibiliser la population.

Par MD avec Miryam Brisse et Manon Bazerque

Une mèche de trois centimètres sacrifiée pour le bien de leur commune. Le maire du Séquestre, près d'Albi ainsi que neuf autres élus vont faire analyser leurs cheveux pour chercher une éventuelle contamination aux phtalates.

"Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens qui vont mettre la pagaille dans tout le système hormonal. Et les cheveux gardent une mémoire de la contamination, résume Nathalie Ferrand-Lefranc, co-déléguée Occitanie Réseau Environnement Santé. Donc une mèche de trois centimètres représente une contamination sur trois mois. ."
 
Regardez le reportage de Miryam Brisse et Manon Bazerque. 
 
Au Séquestre, des élus font analyser leurs cheveux pour y chercher des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens se retrouvent dans de nombreux produits du quotidien. Les phtalates par exemple sont présents dans les plastiques souples, les cosmétiques ou les médicaments. Ils ont été classés cancérogènes et sont interdits dans les jouets en Europe. Et les élus sauront bientôt quel est leur taux de contamination.

"Parfois, on est assez surpris du résultat. On est certain de son hygiène de vie sauf qu'on consomme des produits néfastes pour notre organisme. Là, au moins, ça me donnera un bilan", estime Jean-Pierre Toran, conseiller municipal.

 

Limiter son exposition


Comme Strasbourg, Limoges ou Paris, la mairie du Séquestre a signé la Charte du réseau environnement santé, s'engageant ainsi à éliminer un maximum de perturbateurs endocriniens. Fini les pesticides dans les espaces verts par exemple, et ce n'est qu'un début.
 

"L'enjeu de la santé est un enjeu sur lequel nous, les élus de terrains, pouvons intervenir parce que ça concerne l'alimentation, affirme Gérard Poujade, maire du Séquestre. Et qui dit alimentation dit crèches, cantines, centres de loisir... donc l'objectif, c'est de contribuer à cette meilleure santé et de faire passer le message."

Les résultats de l'analyse seront connus fin janvier. Ils seront transmis à la population et des solutions seront proposées pour limiter l'exposition à ces produits dangereux pour la santé.

 

Comment échapper aux perturbateurs endocriniens ?

Ces produits nocifs ont de multiples effets néfastes sur la santé. Baisse de la fertilité, puberté précoce... Alors pour les éviter dans votre vie quotidienne, Valérie Foussier, endocrinologue, donne une liste de conseils :

  • Éviter les plastiques et préférer les contenants alimentaires en verre.
  • Se préparer à manger soi-même à partir de produits frais.
  • Dans les produits cosmétiques, proscrire le bisphénole A et S, le phtalate, le paraben, le bromure, les métaux lourds et l'aluminium.
  • Et pour les produits ménagers, mieux vaut revenir au traditionnel vinaigre blanc, citron, savon de Marseille...
  • Manger plutôt bio, même si ces produits ne sont pas à l'abri de certains perturbateurs microbiens.

Et pour les femmes enceinte, mieux vaut redoubler d'attention pour protéger le fœtus.

Sur le même sujet

Générac : 650 hectares brûlés en 3 jours, une enquête est ouverte

Les + Lus