Autoroute A69 : saisine de la Cour européenne des droits de l'Homme et plainte au pénal après la mission du rapporteur de l'ONU

Les opposants à l'A69 ont déposé ce jeudi 29 février une requête en urgence auprès de la Cour européenne des Droits de l'Homme après les déclarations du Rapporteur Spécial de l'ONU, qui réclame des mesures immédiates de protection. Une député a également saisi la justice.

Suite aux déclarations du rapporteur de l'ONU, accablantes pour les services de l'Etat, les opposants à l'A69 déposent une requête auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme. Une députée saisit également la justice.

"Situation devenue alarmante"

Ce jeudi 29 février, les opposants aux projets de l'A69, qui occupent le chantier, ont annoncé dans un communiqué déposer une requête en urgence auprès de la Cour européenne des Droits de l'Homme. Ils dénoncent "une situation devenue alarmante" sur le site de la Crem'Arbre et demandent "à faire cesser sans délais les manquements des pouvoirs publics français."

Ils affirment que "les gendarmes ont de nouveau mis sciemment en danger la vie "d'écureuils", sans sécurité et sans corde de rappel sur des branches à 20 mètres de hauteur. Après 14 jours de privation de nourriture et d’eau, ils ciblent les derniers vivres des militants qui sont systématiquement détruits".

Des mesures de protection immédiates

Le rapport de fin de mission de Michel Forst, chargé des défenseurs de l'environnement à l'ONU, a fait l'effet d'une petite bombe ce jeudi 29 février. Il y dénonce des méthodes "dangereuses pour la démocratie", employées par les forces de l'ordre pour déloger les "écureuils" sur le site de la Crem'Arbres à Seix dans le Tarn.

Michel Forst réclame ""des mesures immédiates de protection pour personnes présentes sur le site. Il s'inquiète "de l'interdiction de ravitaillement en nourriture et les entraves à l’accès à l’eau potable et de la privation délibérée de sommeil par des membres des forces de l’ordre". Sur ce dernier point Michel Forst réclame "une enquête et des sanctions" aux autorités françaises.

Le préfet du Tarn, qui avait rencontré Michel Forst, regrette "qu'il n'ait pas tenu compte de ses explications. Le groupe La France Insoumise affirme, lui, que "la criminalisation des défenseurs environnementaux doit cesser !". "Nous appelons solennellement l’Etat à mettre en œuvre sans attendre les recommandations du rapporteur spécial des Nations Unies, avant qu’un drame ne survienne, et à respecter les conventions internationales qu’il a ratifiées."

Parallèlement la député écologiste de la Haute Garonne, Anne Stambach, a décidé ce jeudi soir de saisir le procureur de la République pour "mise en danger de la vie des écureuils, violence et omission de porter secours".

Le collectif des opposants à l'A69 appelle à "un ravitaillement des grimpeurs et des grimpeuses assiégés depuis 15 jours, ce vendredi en fin d'après-midi.