ENVIRONNEMENT. Des habitants du Tarn craignent les conséquences sanitaires de l'implantation d'une usine de bitume

L'implantation d'une centrale d'enrobage à chaud, destiné au revêtement routier, sur un site de plus de six hectares à Montans, dans le département du Tarn, inquiète fortement la population. Rassemblements, pétition : malgré les messages rassurants de la communauté d'agglomérations, les riverains se mobilisent.

C'est une centrale "d'enrobage à chaud de matériaux routiers au bitume". En clair : une usine de fabrication du revêtement utilisé pour les routes. À Montans dans le Tarn, les riverains s'inquiètent de l'implantation d'une usine de ce type. Ils redoutent des nuisances, des pollutions et des risques sanitaires liés au bitume.

Un projet de plus de six hectares

C'est dans la zone d'activités Garrigue Longue, à Montans, que l'usine doit être implantée. À proximité de l’autoroute, cette implantation devrait permettre de limiter la distance entre le lieu de production de l’enrobé et le lieu d’application. C'est un des arguments de la communauté d'agglo Gaillac/Graulhet qui soutient le projet.

L'enrobé produit servirait à la réalisation des routes du département du Tarn. Aujourd'hui, 100.000 tonnes d'enrobé proviennent de Toulouse et Rodez. L'objectif, à terme, est d'être autonome pour la production des routes locales.

Une production 100% tarnaise mise en avant par la communauté d'agglo, Gaillac/Graulhet agglomération, comme on peut le voir sur la page Facebook de la collectivité.

Une enquête publique a été ouverte le 6 mars. Elle s'est achevée le 3 avril. 

Le bitume, un mélange d'hydrocarbures qui inquiète les riverains

Le bitume est issu de la distillation du pétrole. C'est un mélange d’hydrocarbures utilisé comme liant pour la fabrication de nombreux revêtements tels que les routes, des parkings, les trottoirs ou encore des matériaux et produits d’étanchéité.

À Montans et à Peyrole, les deux communes qui pourraient être impactées par les pollutions liées au traitement du bitume, les riverains s'interrogent. Et même, s'inquiètent. Nuisances, pollutions diverses, risques sanitaires...Les questions sont nombreuses, mais pour le moment sans réponse.

Dans un communiqué, l'association "Lisle Environnement" précise :

L’usine produira entre 100.000 et 120.000 tonnes de bitume par an, avec un impact direct sur un rayon de plus de quatre kilomètres jusqu’à la commune de Peyrole et Lisle sur Tarn, dont les crèches, les écoles, le collège de Lisle-sur-Tarn.

Associations Lisle Environnement

D'après l'association, l’usine serait surplombée d’une cheminée d’environ 20 mètres et pourrait rejeter dans l’air et dans les eaux des produits toxiques tels que des HAP, des CMR (produits cancérigènes, mutagènes reprotoxiques) et des COV (composés organiques volatils).

Une forte mobilisation

Les associations de riverains mobilisées mettent en avant la proximité d’exploitations agricoles mais aussi une usine de fabrication de pain installée dans la même zone d'activités.

Avec l'association de riverains "Air Pastel", un rassemblement a été organisé devant la mairie de Montans et une pétition est en ligne. Elle a recueilli plus de 1.000 signatures.

Les associations reprochent un manque d’information de la part des institutions.

Contacté par téléphone, le maire de Montans, Gilles Crouzet, n'a pas souhaité répondre à nos questions. Il ne s'exprimera pas tant que des consultations sont en cours.