MÉTÉO. Gel et "trou à froid" : pourquoi certaines terres agricoles et cultures sont plus menacées que d'autres par la chute des températures

C'est un coup de froid qui perdure. L'épisode de gel avec des températures négatives se poursuit, selon les prévisions de Météo France, avec des dégâts dans les vignes notamment. Certaines parcelles se situent dans des "trous à froid". De quoi s'agit-il ?

C'est un épisode de fraicheur pas banal qui affecte la France en cette fin de mois d'avril 2024.  Et c'est Météo-France qui le dit. Trois raisons à ce caractère peu commun : il est prévu pour durer sur une dizaine de jours consécutifs, avec des températures de 4 à 5 degrés sous la moyenne climatologique et la coulée d'air polaire s'étale sur une très grande partie du continent européen.

Effet "trou à froid"

Dans le Tarn, les températures ne sont globalement pas descendues en dessous de zéro au cours des dernières nuits, épargnant un certain nombre de cultures. Mais la situation affiche des disparités sur des secteurs très localisés compte tenu d'une inversion de température nocturne et d'une topographie particulière. Exemple : entre le nord gaillacois et le plateau cordais.

Selon Tarn Météo, ce secteur a été malmené ces derniers jours avec des températures beaucoup plus froides. "On peut attribuer ce phénomène à ce que l'on appelle des trous à froid". Mais c'est quoi donc ? "Ce secteur est parsemé de nombreux cours d'eau formant de petits vallons. Des secteurs très humides après un hiver copieusement pluvieux, explique Météo Tarn. Lors de la nuit de jeudi à vendredi 19 avril 2024, cette humidité couplée à une nuit claire et l'absence de vent a favorisé une baisse beaucoup plus significative qu'alentours. C'est un effet trou à froid."

Dégâts dans les vignes

Sans être spectaculaire, cette baisse des températures met en stress bon nombre de producteurs agricoles. Arboriculteurs et viticulteurs sont particulièrement sur les dents car la chaleur de début avril a entraîné une floraison précoce de certaines espèces végétales. Fleurs et fruits sont en état de maturation avancée.

Un domaine viticole d'AOP Gaillac a fait les frais de ce phénomène dans la nuit du jeudi au vendredi 19 avril 2024. "Gros dégâts sur les vignes cette nuit à cause du gel, peut-on lire sur la page Facebook du Mas d'Aurel. Toutes nos parcelles sont touchées, certaines à 90%... 2024 s'annonce encore compliqué."

Dans le département du Lot, brûler des ballots de paille n'aura pas permis d'éviter des dégâts. "Ça a dû geler au moins à 60%, c'est descendu à -2, -3° pendant une à deux heures dans la nuit", nous confie un producteur de vin de Cahors qui s'attend désormais à un très petit rendement sur son millésime 2024. 

Un pic mardi matin

"La matinée la plus compliquée reste mardi matin, prévient sur ses réseaux sociaux le consultant en agroclimatologie, Serge Zaka. Le gel s'étendra vers l'Ouest et le Sud-Ouest. Il pourrait faire fréquemment entre 0 et -2°C voire plus bas dans les coins les plus exposés."

De nouvelles pertes agricoles sont à craindre, selon ce spécialiste des répercussions du dérèglement climatique sur l'agriculture. Sur les trois derniers jours de gel, "le cumul de perte pourrait atteindre les 100% sur les régions les plus exposées." Les parcelles sur lesquelles les végétaux ont dépassé la floraison sont particulièrement menacées, y compris dans les fameux "trous à froid".