Réforme des retraites, A69 : la préfecture du Tarn, sous tension, veut éviter tout dérapage

Ce mardi 28 mars marque la 10ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Après l'incendie du portail de la préfecture à Albi, les tensions autour de l'A69, les violences de ce week-end à Sainte-Soline qui ravive les fantômes de Sivens, un périmètre de protection est mis en place en centre ville pour filtrer les manifestants.

Les violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre samedi à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres contre les méga-bassines ont réveillé de mauvais souvenirs dans le Tarn. Une mobilisation portant sur la gestion de la ressource en eau pour le secteur agricole qui fait forcément écho à celle de Sivens et à la mort de Rémi Fraisse, un jeune militant écologiste, le 26 octobre 2014 à Lisle-sur-Tarn.

Un périmètre de protection mis en place

Face à de tels débordements dans les Deux-Sèvres, et depuis qu'un feu a été mis à la grille de la préfecture du Tarn, le préfet met en place un périmètre de sécurité en centre ville avec un contrôle systématique des manifestants à Albi ce mardi pour éviter tous débordements. Voici le périmètre de sécurisation interdit à la manifestation et qui sera soumis à des contrôles.

La députée tarnaise LFI Karen Erodi  dénonce cette mesure qu'elle juge disproportionnée : "j'apprends avec consternation la décision unilatérale de la préfecture du Tarn de mise en place d'un contrôle systématique des manifestants à Albi. Les gens souhaitant se rendre au point de départ de la manifestation seront donc soumis à la fouille de leurs bagages et de leurs véhicules ainsi qu'à la palpation. C'est un pas autoritaire de plus. Un pas dangereux qui porte atteinte aux libertés fondamentales déjà mises à mal depuis plusieurs semaines (...) Je dénonce avec la plus grande fermeté cette décision brutale qui rajoute de la violence à la violence. Cette escalade n'est pas justifiée."

La préfecture du Tarn se défend en expliquant avoir déjà mis en place une zone filtrée la semaine dernière mais certains manifestants disent n'avoir rien constaté de tel. 

Un risque de trouble à l'ordre public

"Le dispositif mis en place pour la manifestation est exactement le même que la semaine passée. Le portail de la préfecture du Tarn a été incendié il y a deux semaines lors d'un attroupement non déclaré. Dans ce cadre et au regard de ce qui s'est produit dans d'autres départements, il existe un risque non négligeable de trouble à l'ordre public. (...) La préfecture met tout en œuvre pour que la manifestation se déroule bien, dans le respect du cadre légal et de l'ordre",  Franck Dorge, directeur de cabinet du Préfet du Tarn. 

Reste à savoir comment cette mesure sera concrètement appliquée ce mardi. La manifestation albigeoise de l'intersyndicale doit partir à 14h30 au niveau des lices Jean Moulin après la place du Vigan. Jeudi 23 mars, ce sont près de 22 000 personnes qui avaient défilé à Albi selon les syndicats. Plusieurs actions sont déjà prévues dans le Tarn dès ce matin.