Sans lieux festifs ni sportifs, une minuscule commune rurale récompense avec une bourse ses jeunes diplômés

Un village de 376 habitants du Tarn va attribuer des récompenses pour ses élèves diplômés. Un moyen, pour la commune, de "compenser" l'absence de structures d'accueil pour les plus jeunes.

Quand on n'a pas de salle des fêtes, de terrain de tennis ou de stade, il est quand même possible de penser aux jeunes. C'est ce que veut démontrer la commune de Fayssac dans le département du Tarn. Le village de 300 habitants accueille, sur sa place et sous ses marronniers, des compétitions de pétanque et même un festival de Jazz.

Mais elle n'a pas les moyens de rénover le terrain de tennis, situé en contrebas de la mairie. Pour faire du sport, boire un verre ou organiser une soirée, les jeunes doivent se replier sur les communes avoisinantes.

Afin de faire un geste envers sa jeunesse, la municipalité a choisi d'organiser une cérémonie à la mairie. Et pas n'importe laquelle. Tous les ans, à partir de 2024, les nouveaux titulaires du brevet, d'un CAP, d'un BEP ou encore du baccalauréat se verront remettre une enveloppe.

Valoriser les diplômes

100 euros pour un brevet, 150 pour un CAP ou BEP, 200 euros pour le Bac. Pour la maire, Stéphanie Nadaï, il s'agit "de valoriser les diplômes" mais c'est également un moyen "pédagogique" puisque "qu'une rencontre et un moment de convivialité seront organisés" à la mairie. Ce sera l'occasion de réunir les jeunes du village.

Tous les ans, au moment des fêtes, les plus âgées ont droit à des colis. Suite à l'adoption d'une délibération - à la quasi unanimité - ce mercredi 6 décembre - les jeunes ont désormais leur rendez-vous annuel. Ce dispositif existe dans d'autres communes. Mais il est moins étendu.

Un dispositif "large"

Pour percevoir la bourse municipale, les jeunes fayssacois ont besoin d'une seule chose : réussir leurs examens. D'autres communes récompensent également leurs lauréats mais de manière plus restrictive.

Ainsi, à Montauban, dans le département voisin du Tarn-et-Garonne, la municipalité attribue également des récompenses. Mais elle est réservée aux mentions Très Bien et les heureux bénéficiaires doivent être inscrits dans le supérieur. A partir de l'an prochain, il faudra, les "félicitations du jury".

La municipalité justifie cette nouvelle condition par l'inflation du nombre de mentions Trés Bien. 

A Fayssac, aucune condition - autre que la réussite scolaire - n'est exigée. Il faut dire que les sommes en jeu sont moins importantes et plus supportables pour la petite commune que pour la seconde ville de l'ex-Midi-Pyrénées.

A Montauban, les meilleurs bacheliers perçoivent 1000 euros et ils étaient 19 à en bénéficier. A Fayssac, la municipalité estime qu'il y aura, en moyenne, 5 lauréats par an. Les deux budgets sont très différents et les capacités de financement incomparables. Mais ce sont aussi deux approches qui se démarquent.

A Montauban, la municipalité souhaite récompenser l'excellence. La petite commune de Fayssac veut simplement saluer la réussite...avec ou sans mention.