Tarn : début d'abattage de 27 platanes à Rabastens, après la découverte d'un cas de chancre coloré

Ils étaient menacés d'abattage depuis le mois de février. Le premier confinement et les élections municipales leur ont offert un sursis. Mais un sursis de courte durée : l'abattage de 27 platanes de la promenade des Lices a commencé lundi 16 novembre à Rabastens, dans le Tarn. 

L'abattage de 27 platanes a commencé ce lundi 16 novembre 2020, sur la promenade des Lices, à Rabastens, dans le Tarn.
L'abattage de 27 platanes a commencé ce lundi 16 novembre 2020, sur la promenade des Lices, à Rabastens, dans le Tarn. © M.Brisse / FTV
"Je les ai toujours connus, c'est un peu une partie de Rabastens qui s'en va", se désole cette habitante de Rabastens, ce lundi matin. Sous ses yeux, un arbre centenaire vient de tomber au sol et l'image de carte postale des allées de la petite ville tarnaise vient de s'écorner. En trois jours, 27 platanes de la promenade des Lices vont être abattus.

Un seul arbre malade

La décision d'abattre ces arbres avait été prise en février dernier, après la découverte d'un arbre atteint par le chancre coloré, sur la promenade. La nouvelle municipalité a tenté de surseoir à cette décision et proposé de placer les arbres voisins du malade sous étroite surveillance mais, d'après la préfecture de région, l'abattage est inévitable pour éviter la propagation de ce champignon qui a déjà décimé la moitié des 42 000 platanes du Canal du Midi
"Le seul protocole, c'est d'abattre non seulement les platanes contaminés mais aussi tous ceux qui se trouvent dans un rayon de 35 mètres" explique le maire de Rabastens, Nicolas Géraud. 

Ce n'est jamais facile de prendre la décision d'abattre des arbres d'autant plus que les platanes de la promenade des Lices font partie du patrimoine de Rabastens. Ils ont été plantés à la fin du 19ème siècle et font partie de l'attrait de Rabastens, ils sont indissociables de la promenade et de notre marché. 

Nicolas Géraud, maire de Rabastens

Un protocole très strict

Si l'abattage est rapide, il s'accompagne d'un protocole extrêmement strict pour limiter toute propagation de la maladie. 
Toute la zone de travaux a été bâchée pour récupérer tous les résidus d'arbres qui pourraient être porteurs du chancre coloré et éviter qu'ils se dispersent.

Le bois coupé doit normalement être brûlé directement sur le chantier mais là, sur la place du village, c'est impossible donc pour pouvoir bouger et transporter le bois, il y a quelques dispositions particulières, notamment le transport dans un caisson étanche qui sera bâché. Le camion va être désinfecté à sa sortie du chantier et après la zone de vidage. Ensuite, on repasse toute la zone avec un gros aspirateur pour éventuellement ramasser les copeaux qui auraient pu passer au-delà des bâches. Ensuite, les souches seront dévitalisées puis extraites pour éviter des rejets porteurs de la maladie. 

Elie Gautherot, conducteur de travaux

C'est un gros tiers de la promenade des Lices qui va être, à terme, amputé de ses arbres. La mairie compte soumettre plusieurs projets aux habitants et les impliquer dans la replantation de leurs allées.Voir ici le reportage de Miryam Brisse et Harmonie Pacione :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement patrimoine culture société