VIDEO - Une ZAD à évacuer : avant Notre-Dame-des-Landes, l'exemple de Sivens (Tarn) en 2015

L'évacuation de la ZAD de Sivens le 6 mars 2015 / © FREDERIC SCHEIBER / MaxPPP
L'évacuation de la ZAD de Sivens le 6 mars 2015 / © FREDERIC SCHEIBER / MaxPPP

Le gouvernement d'Edouard Philippe a annoncé ce mercredi l'abandon du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes (Loire-Atlantique) mais également l'évacuation de la "zone à défendre". En 2015, l'Etat avait organisé l'évacuation de la ZAD de Sivens après l'abandon du projet de barrage. 

Par Fabrice Valery

Les projets, leur histoire, le contexte local et national sont différents mais les projets de barrage à Sivens (Tarn) et d'aéroport à Notre-Dame des Landes (Loire-Atlantique) ont un point en commun : l'existence d'une "zone à défendre" (ZAD). "Une zone de non-droit" comme l'a qualifiée le premier ministre Edouard Philippe mercredi 17 janvier, lors de l'allocution au cours de laquelle il a annoncé l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes mais aussi l'évacuation de la ZAD sur le site. 

Nous mettrons fin à la zone de non-droit qui prospère depuis 10 ans (Edouard Philippe)


Comme à Sivens dans le Tarn, l'opposition au projet a permis l'émergence sur le terrain de squats, d'habitations, d'installations plus ou moins pérennes pour organiser la résistance. Une fois le projet abandonné, l'Etat veut mettre fin à cette ZAD : "Les occupants illégaux devront partir d'ici au printemps ou seront expulsés" a martelé le premier ministre. 



En 2015 à Sivens, le scénario a été assez proche de celui de NDDL. Tout en état tout de même différent. Sous la pression du gouvernement de l'époque, le projet initial de barrage, jugé disproportionné, est abandonné par un vote du conseil départemental du Tarn le matin du 6 mars 2015. Dans les deux heures qui suivent, les gendarmes mobiles investissent le site de Sivens et évacuent un à un les occupants qui s'y étaient regroupés. Malgré quelques résistances, l'évacuation se passe globalement dans le calme : 
Evacuation des zadistes

Cette évacuation générale permet ensuite aux gendarmes d'installer un cordon de sécurité autour du site pour permettre son nettoyage et dégager les accès.

Concernant Notre-Dame-des-Landes, le Premier ministre a annoncé ce mercredi que les routes devraient êtr rendues à la circulation le plus rapidement possible. Les terres seront ensuite restituées pour de nouveaux projets agricoles ou aux agriculteurs expropriés s'ils le désirent. 

Diaporama : l'évacuation de la ZAD de Sivens le 6 mars 2015
A Notre-Dame-des-Landes, Edouard Philippe a donné "d'ici au printemps", un délai certes un peu flou, pour permettre aux zadistes partir d'eux-mêmes avant de recourir à la force. A Sivens, le délai n'avait été que de quelques heures.

Enfin dernière différence entre NDDL et Sivens : dans le Tarn cette évacuation et l'abandon du projet (au profit d'une retenue d'eau plus petite) étaient consécutifs à un terrible drame : la mort d'un manifestant, le jeune Rémi Fraisse, en octobre 2014. L'enquête sur les circonstances de sa mort s'est récemment conclue par un non-lieu en faveur du gendarme mobile qui avait lancé la grenade offensive mortelle. 

Sur le même sujet

Port-Leucate (11) : Réaction de Nicolas Sarkozy au limogeage de Virginie Calmels

Les + Lus