Cet article date de plus de 6 ans

Jacques Valax : si le barrage de Sivens est abandonné, "je démissionne"

Le conseiller général du Tarn Jacques Valax a annoncé la couleur. Si Ségolène Royal abandonne ou demande l'abandon du barrage de Sivens, l'élu socialiste, qui est également député, démissionnera de ses fonctions départementales.
Jacques Valax
Jacques Valax
Alors que le conseil général du Tarn a suspendu les travaux sur le site du barrage de Sivens après la mort du militant écologiste Rémi Fraisse, le conseiller général socialiste Jacques Valax a assuré qu'il démissionnerait si Ségolène Royal demandait l'abandon du projet. Une réunion a lieu entre Etat et collectivité à ce sujet ce mardi à 18h au ministère de l'Environnement. Les opposants aux projets et les représentants du monde agricole seront reçus, eux, jeudi et vendredi.

Si l'abandon du projet est décidé ou demandé, "j'aurai été désigné pour rien" estime Jacques Valax. Cet abandon serait "une erreur politique, une nouvelle reculade du gouvernement (...), un mauvais signe donné à la démocratie et ce serait faire preuve d'une certaine légèreté".

Invité du journal de 12h de France 3 Midi-Pyrénées, Jacques Valax parle d'un "coup de colère". Pour lui, "le projet doit être réalisé car il est conforme à la légalité". Et d'ajouter "nous avons respecté tous les textes en la matière et il est d'intérêt public et d'utilité générale". Et de rappeler que le projet a été travaillé par les services du conseil général certes mais également de l'Etat. "Le projet doit aller jusqu'au bout, il en va du fonctionnement de la démocratie et de nos institutions républicaines".

Jacques Valax affirme également que les populations autour du site de Sivens sont terrorisées par une "cohorte d'une centaine d'individus qui n'ont rien à faire ni sur ce territoire ni de ce territoire, qui ne se préoccupent pas de l'avenir des populations".
Jacques Valax invité du journal de France 3... par france3midipyrenees

Notre dossier complet sur le barrage de Sivens et la mort de Rémi Fraisse 




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
barrage de sivens politique