17 adolescentes africaines de la "jungle de Calais" accueillies à Saint-Amans Soult (Tarn)

17 jeunes filles, mineures isolées, de nationalité érythréenne, somalienne et éthiopienne ont été accueillies dans la nuit de jeudi à vendredi dans le sud du Tarn, à Saint-Amans Soult dans 3 appartements fournis par l'Armée du Salut. 

L'immeuble où ont été accueillies les 17 jeunes filles réfugiées.
L'immeuble où ont été accueillies les 17 jeunes filles réfugiées. © Myriam Brisse/France 3 Midi-Pyrénées
Elles sont arrivées de la "jungle de Calais", où elles avaient trouvé refuge fuyant les guerres et les persécutions dans la Corne de l'Afrique, à bord de deux bus dans la nuit de jeudi à vendredi. 

Accompagnées par la Croix Rouge et par des militaires de la Sécurité Civile de Brignoles, 17 adolescentes de nationalité érythréenne, somalienne et éthiopienne, ont rejoint, dans un "état de très grand état d'épuisement", selon les témoignages recueillis sur place, les trois appartements que l'Armée du Salut avait loué pour les accueillir. Ces trois grands appartements se situent dans un immeuble de logements sociaux, vides pour la plupart, où les voisins s'étaient déclarés ravis de la perspective de voir arriver des réfugiés.

Les 17 jeunes filles ont été accueillies par le directeur départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations. Lequel a souligné qu'

"accueillir ces personnes fuyant les guerres et les persécutions, c'est avant tout répondre à un objectif humanitaire, celui de leur mise à l'abri. Comme d'autres territoires, notre département doit répondre à cet impératif, et l'Etat ne peut que saluer l'implication des élus et des associations".


Après une consultation médicale, les 17 mineures isolées réfugiées ont pu commencer à se reposer et à reprendre des forces. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter