TEMOIGNAGE. Hérault : le désespoir des viticulteurs après le coup de gel à -6°C "C'est terrible, tout est mort!"

Le vignoble héraultais a été très fortement sinistré par le coup de gel de la nuit de mercredi à jeudi, de 80% à 100% de perte de la production selon les viticulteurs. Le désespoir s'est abattu sur la profession déjà touchée par la mévente du vin. Tous espèrent des aides et des indemnisations.

Les bourgeons gelés ne donneront pas de raisin - 2021.
Les bourgeons gelés ne donneront pas de raisin - 2021. © MaxPPP

Une vague de froid a submergé la France : de -7°C à -4°C degrés selon les zones dans la nuit de mercredi à jeudi. De quoi détruire la plupart des bourgeons dans les vignes. La plupart des pousses de l'année n'ont pas résisté à ces températures négatives, tuées net par le gel.

La détresse d'une jeune viticultrice qui a tout perdu

Emilie et Benjamin sont viticulteurs dans l'Hérault sur la commune de Montady. Depuis 2012, ce jeune couple a repris un domaine familial de 60 hectares de vigne. Au lendemain de la nuit blanche, Emilie a fait le tour de ses parcelles de vignes en larmes et a posté une vidéo où l'on mesure l'étendue de son malheur face à sa production perdue. 

Les températures sont descendues à -6°C... regardez les dégâts ! Ca c'est du merlot, tout est tombé, tout ça c'est mort ! Les bourgeons sont morts ! C'est terrible... On a travaillé des mois pour rien.

Emilie, viticultrice à Montady.

Jeune pousse de vigne gelée. Illustration.
Jeune pousse de vigne gelée. Illustration. © MaxPPP/Christian Watier

Des vignes gelées et devenues improductives, qui rappelle un douleureux épisode similaire survenu il y a 4 ans.

En 2017, on avait eu un épisode de gel qui nous avait touché sur 5 hectares et aujourd'hui je pense que j'ai 90% de la propriété qui a gelé, c'est affreux ! Je ne pensais pas un jour vivre ça...

Emilie, viticultrice à Montady.

Des aides attendues pour rebondir

Jointe par France 3 Occitanie, par téléphone ce vendredi matin, Emilie est toujours aussi désespérée. La jeune viticultrice espère sauver une petite partie de leur production, mais rien n'est moins sûr. 

"On ne peut rien faire pour l'instant, tout est brûlé, il faut attendre de voir si le deuxième bourgeon peut redémarrer et repartir en fruit" explique la viticultrice, "On espère sauver une petite partie du raisin.".

Mais pour cela, le jeune couple a besoin des aides de l'Etat.

"On doit aider la vigne à redémarrer, on doit être indemnisé pour sauver aussi l'emploi de nos 4 salariés, on a besoin d'aides" conclut-elle.

Dans le biterrois 

Dans le biterrois comme dans tout le département, les pertes sont considérables. Au lendemain du coup de gel, les vignerons prennent la mesure des dégâts et des pertes. 

C'est catastrophique ! 70% du vignoble est impacté avec entre 80% et 100% de perte de production. Les vendanges 2021 sont fortement compromises... la végétation peut repartir, mais sans raisin...

Pierre Calmel, président de la cave des vignerons de Sérignan.

Le gel a brûlé les vignes - 2021.
Le gel a brûlé les vignes - 2021. © maxppp SUAU Valérie

Alertés des conditions météo, les vignerons ont tenté de contrer le gel, en allumant des feux. Mais peine perdue, le thermomètre est descendu trop bas. Aujourd'hui, ils espèrent des aides afin de passer ce cap difficile.

"On a besoin d'un maximum d'aides. Beaucoup d'entre nous vont être en faillite, sans rentrée d'argent. L'Etat ne va pas pouvoir compenser toutes les pertes, mais nous avons besoin d'aides pour survivre" conclut-il.

© Chambre d'agriculture de l'Hérault.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie météo intempéries témoignage société