Tests covid obligatoires dans les aéroports de Toulouse, Montpellier et Perpignan pour les vols en provenance de 16 pays

A compter du 1er août, les voyageurs en provenance de seize pays jugés à risque seront dans l'obligation d'être testés concernant le coronvirus. Trois aéroports de la région Occitanie sont directement concernés par ces mesures : Toulouse, Montpellier et Perpignan.

Les passagers en provenance de 16 pays devront à Toulouse, Montpellier et Perpignan obligatoirement se faire tester lors de leur arrivée.
Les passagers en provenance de 16 pays devront à Toulouse, Montpellier et Perpignan obligatoirement se faire tester lors de leur arrivée. © MaxPPP
Depuis jeudi 16 juillet, un test de dépistage du Covid-19 est proposé à l'aéroport de Toulouse-Blagnac à tous les voyageurs en provenance de pays à risque. A partir du 1er août, ils seront désormais obligatoire pour les passagers en provenance de 16 pays : Etats-Unis, Afrique du Sud, Algérie, Bahreïn, Brésil, Emirats arabes unis, Inde, Israël, Koweït, Madagascar, Oman, Panama, Pérou, Qatar, Serbie et Turquie. Une liste établie par le gouvernement français.
 

Un placement en quarantaine

Outre Toulouse, cette mesure concerne en Occitanie, les aéroports de Montpellier et Perpignan. Selon l'Agence Régionale de Santé d'Occitanie, le "nombre de passagers concernés sera vraisemblablement limité puisque les frontières entre la France et ces 16 pays sont d’ores et déjà fermées." Les voyageurs français ou les citoyens de ces pays disposant d’une résidence stable en France seront les seuls concernés par cette contrainte.

A leur arrivée, ils devront se soumettre à un test virologique (PCR), consistant à un prélèvement dans le nez  à l’aide d’un petit écouvillon. Les personnes positives seront soumises à une période de quarantaine de deux semaines.

Cette décision intervient notamment après la découverte, il y a un 15 jours, d'un foyer familial à Toulouse, créé par une mère de famille revenant d'un voyage en Algérie.

Les pays de l'UE pas concernés

En revanche, aucun pays de l’Union européenne n’est concerné. Le 18 juillet, le premier ministre Jean Castex n'excluait pas la fermeture de la frontière avec l'Espagne en raison de la recrudescence du coronavirus en Catalogne et demandait à ses ressortissants de ne pas s'y rendre.
Une flambée "en voie d'être maîtrisée" lui répondait quelques jours plus tard la ministre espagnole du Tourisme. Mais à l’heure actuelle, aucun contrôles particuliers n'est imposé pour passer la frontière France Espagne en voiture.

Selon les données de Santé Publique France, le nombre de cas semble repartir légèrement à la hausse dans la région Occitanie comme le montre ce graphique :
 

Dans son décompte publié le mardi 28 juillet, l'ARS donne le chiffre de 327 cas de Covid-19  diagnostiqués depuis le 21 juillet en Occitanie, soit 43 positifs supplémentaires en moyenne par jour.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société région occitanie transports aériens économie transports