Cet article date de plus de 4 ans

Vendée Globe : Kito de Pavant a passé plus de 3 jours en mer et file au Sud

Après plus de 3 jours de course, mercredi soir, Kito de Pavant était 13e sur Bastide Otio qui avance à 8 nœuds. La flotte du Vendée Globe s’étale sur 350 milles d’Est en Ouest, au large du Maroc et à 100 milles au Nord de Madère. Le skipper de Port-Camargue semble en forme.
Kito de Pavant à la barre de Bastide Otio - novembre 2016.
Kito de Pavant à la barre de Bastide Otio - novembre 2016. © Kito de Pavant / Bastide Otio / Vendée Globe

Kito, à l’est de la flotte, est à 57,5 milles du leader, Armel Le Cléac’h. Joint à la vacation, mercredi après-midi, il revient sur les premiers jours de course, sur la météo et la stratégie à venir.


3 jours de course, beaucoup de manœuvres et peu de sommeil


"Ça fait trois jours que nous sommes partis, je n’ai pas beaucoup dormi, j’ai une petite grippe et des courbatures. On a eu du vent très instable depuis le départ des Sables d’Olonne et ça continue. Il y a beaucoup de rafales, ça change en force et en direction et il faut en permanence jouer avec les réglages pour éviter les sorties de piste. C’est ce qui vient d’arriver, Bastide Otio s’est couché sur l’eau et j’ai dû vous laisser pour aller dehors choquer les écoutes".

Le point sur la course : moins de décalage que prévu avec les foilers

"On bute un peu sur une dorsale anticyclonique qui est juste devant. Je pense que les premiers ont été ralentis ce matin. J’ai 15 nœuds de vent. Je marche à 15-16 nœuds sur la route directe. J’ai préféré passer un peu plus par l’extérieur et apparemment j’ai un peu plus de vent que les copains.
On a encore une journée comme ça en tribord amure, et je pense que je vais empanner demain soir pour essayer de passer à l’extérieur de Madère.
La flotte est relativement groupée, il y a moins de décalage que ce que je craignais, notamment avec les foilers qui n’ont pas réussi à creuser l’écart dans le golfe de Gascogne. Même derrière, les gars ne sont pas trop loin. On a de bonnes conditions pour descendre et ça c’est plutôt cool".

"Il faut que je sois très vigilant parce que la moindre petite erreur coute cher. J’en ai fait une le premier jour et je vois les conséquences que ça peut avoir. Tout le monde aura des galères. C’est avec la fatigue qu’on fait des petites bêtises. Et les bêtises sur ce genre de bateau tu les paies cash ! J’essaie de bien naviguer, de ne pas m’affoler, on est dans le match avec Bastide Otio et la route est super longue. J’aime ma position, au milieu de la flotte, c’est parfait comme ça".

"Il fait nettement plus chaud qu’au départ et ce n’est pas pour me déplaire. Il fait une vingtaine de degrés. L’eau est à 20 degrés. Ça commence à être agréable. Ça va se réchauffer assez vite".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile sports nautiques mer sorties et loisirs