• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

A Paris, garer sa trottinette électrique sur le trottoir est désormais officiellement interdit

Le stationnement des trottinettes sur les trottoirs, les aires piétonnes et la chaussée est désormais considéré comme « gênant » dans la capitale. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Le stationnement des trottinettes sur les trottoirs, les aires piétonnes et la chaussée est désormais considéré comme « gênant » dans la capitale. / © IP3 PRESS/MAXPPP

C’est officiel : alors que la Ville a commencé à créer ses premières places de parking destinées aux trottinettes, les utilisateurs ont désormais l’interdiction de se garer sur les trottoirs et la chaussée.

Par France 3 Paris IDF

Comme annoncé par Anne Hidalgo début juin, il est dorénavant interdit de garer sa trottinette sur le trottoir dans la capitale. Comme expliqué dans un arrêté daté du mardi 30 juillet, le stationnement de ces véhicules sur la chaussée et les aires piétonnes est « interdit et considéré comme gênant ».
En cas de véhicule mal garé, les deux roues peuvent être mis en fourrière, l’enlèvement étant synonyme d’une amende de 49 euros puis 10 euros par jour sur place. Pour l’instant, les amendes sont payées par les opérateurs. A noter qu’une taxe d'occupation de l'espace public a été votée au Conseil de Paris en avril dernier. Elle s’élève à 50 euros par véhicule, à l’année, pour les prestataires.

Bientôt deux à trois opérateurs à Paris ?

Seules exceptions : les « emplacements matérialisés dédiés au stationnement payant et au stationnement des deux-roues motorisés ». La Ville a en effet commencé début juillet à créer ses premières places de parking, censées pouvoir accueillir à terme 15 000 engins.

A noter que, début juin, la maire de Paris proposait par ailleurs aux opérateurs de free floating de limiter la vitesse des trottinettes à 20 km/h dans toute la capitale, voire de les brider à 8 km/h sur les zones piétonnes.
La Ville cherche aussi à limiter le nombre total d’opérateurs à deux ou trois, alors qu’on en comptait il y a encore quelques mois plus d’une dizaine. Un appel d’offres devrait être lancé à la rentrée.
 

Sur le même sujet

À Bagnolet, même les agents municipaux déversent les déchets dans une décharge sauvage

Les + Lus