Témoignage. Vendée Globe 2024. "Il faut assumer ses choix et les conséquences de ses choix", Hubert Lemonnier, le nouveau directeur de la course

durée de la vidéo : 00h07mn21s
Dans un peu plus d'un an, le 10 novembre prochain, sera donné le départ du Vendée Globe... Aux manettes du fameux tour du monde, Hubert Lemonnier, nouveau directeur de course ©France 3 Pays de la Loire / Stéphanie Pasgrimaud / Damien Raveleau / Mariano zadunaisky
Publié le Écrit par Séverine Bourgault

Dans un peu plus d'un an, le 10 novembre 2024, sera donné le départ du Vendée Globe. Une 10e édition avec aux manettes du fameux tour du monde, une nouvelle tête : celle de Hubert Lemonnier. Il sera le directeur de course, l'homme d'orchestre de "l'Everest des mers"...

Ce jour-là, sur les pontons de Lorient, Hubert Lemonnier est comme un poisson dans l'eau.
Pour la troisième édition consécutive, il est le directeur de course du Défi Azimut.

La compétition n'est pas majeure, mais l'étape indispensable dans le monde de la voile. Un univers dans lequel le Rochelais de 42 ans baigne depuis son enfance.

"L'éducation que j'ai reçue, elle est maritime. Grâce à mon père, on a été tout de suite dans le milieu du nautisme puisqu'il travaillait aux chantiers Amel. Le maritime, c'est beaucoup de respect envers la mer et beaucoup de passion".

Il n'y a pas un diplôme de directeur de course. Le cursus, il faut se le créer

Hubert Lemonnier

Directeur de course du Vendée Globe 2024

Des régates, et le professeur de surf prend le large. Un tour du monde en équipage en 2009 et Hubert s'inscrit définitivement dans le paysage des épreuves océaniques. Une trajectoire volontaire.

" Il n'y a pas de parcours particulier pour devenir directeur de course...C'est un mélange de plein d'expérience que j'ai réussi à cumuler par les voyages, l'envie d'apprendre, la curiosité des autres, et ça m'a amené là !".

Mais avant de prendre les manettes de "l'Everest des mers", Hubert Lemonnier a d'abord été le directeur de course adjoint de Jacques Caraës sur les deux derniers Vendée Globe. Le quadragénaire passe désormais de l'ombre à la lumière... Non sans respect pour son mentor.

Jacques Caraës, c'est quelqu'un qui correspond exactement à ma manière de voir les choses. Il est humain, il est à l'écoute, il est droit et il fait confiance...

Hubert Lemonnier

Directeur de course du Vendée Globe 2024

"Je pense beaucoup à Jacques Caraës, qui est un ami. On a passé beaucoup de temps ensemble, à terre et sur l'eau. Il n'a pas un ego à écraser les autres et en même temps, quand il faut être là, il est là, et ça, c'est rare. Il y a beaucoup de gens qui parlent sans savoir et Jacques, c'est tout l'inverse !".

Une répétition grandeur nature du Vendée Globe

Avec 35 bateaux sur la ligne de départ cette année, la course du Défi Azimut, c'est peu ou prou une répétition grandeur nature du tour du monde à venir. De quoi fourbir les armes du futur capitaine du Vendée Globe.

"On doit être 800 personnes en tout, ça fait beaucoup. Il faut avoir l'œil partout, savoir exactement ce qu'il se passe, du port à la ligne de départ, mais également au retour. Il y a beaucoup de préparation en amont pour que tout se déroule bien".

À la nuit tombée, la direction de course ne s'arrête pas pour autant. Elle veille sur les trajectoires, à l'affût du moindre danger.

Parce que c'est à terre que le directeur de course passe le plus clair de son temps. Un travail administratif qui pose chaque détail de la course.

La direction de course, c'est un échange, mais il ne faut pas se laisser impressionner ! Il faut assumer ses choix, et les conséquences de ses choix...

Hubert Lemonnier

Directeur de course du Vendée Globe 2024

Comme la mer, rude, dure, le marin est exigeant. Le directeur de course encore plus. "C'est l'une des personnes dans l'organisation que l'on va appeler en premier et on a besoin d'avoir confiance dans son directeur de course, c'est vraiment important", estime Isabelle Joschke, skippeuse 60 pieds. 

Alors le nouveau directeur de course du prochain Vendée Globe saura-t-il créer l'adhésion des plus sceptiques et être à la hauteur de l'exercice ? Franck Cammas, marin de la décennie 2010/2020, n'en doute pas un instant.

Il sait écouter, même s'il a ses idées... Mais il en faut parce que le Vendée Globe, c'est 35 bateaux et 35 avis différents ! Et il faut qu'il fasse la part des choses !

Franck Cammas

Marin de la décennie 2010/2020

Pas de doute non plus pour le skipper Yann Eliès, adjoint à la direction de course du Vendée Globe 2024, composée de cinq personnes. "C'est une très bonne équipe où chacun a des compétences différentes. Jacques Caraës et moi apporterons une autre expérience de navigants pour aiguiller Hubert dans les bonnes décisions".

Le compte à rebours est lancé. Hubert Lemonnier a désormais un an devant lui pour peaufiner cette dixième édition du Vendée Globe, à la conquête de l'Everest des Mers.

durée de la vidéo : 00h07mn21s
Dans un peu plus d'un an, le 10 novembre prochain, sera donné le départ du Vendée Globe... Aux manettes du fameux tour du monde, Hubert Lemonnier, nouveau directeur de course ©France 3 Pays de la Loire / Stéphanie Pasgrimaud / Damien Raveleau / Mariano zadunaisky

Un reportage de Stéphanie Pasgrimaud, Damien Raveleau et Mariano Zadunaisky

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité