Antibes : un enfant chute d'un manège, "un jour il y aura un mort" une mère de famille alerte

Le cauchemar pour toute une famille. Quatre enfants se trouvaient sur un manège à Antibes Land lorsque l'un d'eux, âgé de six ans, a été éjecté et est retombé lourdement sur le sol. La famille déplore le manque de professionnalisme et de sécurité de l'attraction.

La soirée vire au cauchemar pour cette famille en vacances sur la Côte d'Azur chez des proches. Lundi 21 aout, vers 20 heures, un frère et une sœur amènent leurs enfants (cinq au total) à Antibes Land : "on connait bien, on adore les manèges, on vient très régulièrement" explique Johanna Haddad, habitante de Juan-les-pins, "j'étais en confiance, je n'ai pas choisi les manèges dits à forte sensation, je pensais que c'était pour les petits". 

Les enfants, de cinq, six, sept et neuf ans, montent, seuls, dans le manège Rock Island. Aucune restriction d'âge ou de taille n'est indiqué selon ses dires.

"Lorsque le manège a commencé, on a trouvé que ça allait très vite, j'ai demandé au gérant s'il pouvait ralentir, mais il ne comprenait pas bien (il est italien), le temps qu'il intervienne le petit est tombé. C'était l'horreur. On était terrifié." raconte la mère de famille éprouvée.

À ce moment-là, c'est le neveu de Johanna, âgée de six ans qui est tombé. D'après son récit, un attroupement se forme, la sécurité intervient, une bagarre éclate entre des témoins de la scène et la sécurité : "la sécurité ne semblait pas comprendre la gravité de la situation, ça s'est envenimé et la police a été appelée, lorsqu'elle est arrivée, on en a profité pour lui raconter l'accident et elle a fermé temporairement le manège". 

Entre-temps, les pompiers sont arrivés et le petit garçon a été transféré aux urgences de l'hôpital Lenval. Après une nuit en observation, l'enfant s'en sort heureusement avec seulement quelques contusions. La famille décide de rentrer chez elle a Paris, mais le choc émotionnel est violent : "depuis lundi, je ne dort plus, mon neveu fait des cauchemars, ma fille aussi, moi je ne vous en parle même pas" explique Johanna Haddad. 

Un défaut de sécurité ?

Le contexte estival est tendu pour les attractions. L'actualité ne donne pas une bonne image, avec la mort d'un adolescent au Cap d'Agde dans une attraction appelée "adrenaline" (le parc Antibes Land en possède une comme celle-ci) ou le décès d'un père dans une structure gonflable dans le Var. 

Johanna Haddad s'est entretenue avec le directeur du parc Antibes Land, Nelson Petit, qui, tout en regrettant l'accident, assure que toutes les mesures réglementaires étaient respectées.

Contacté par la rédaction de France 3 Côte d'Azur, il explique : " C’est une attraction qui n’appartient pas à la société, le parc gère le parc, mais les forains viennent exploiter leur manège. L'attraction a été validée par une société agréée qui contrôle tout. De mon côté (en tant que directeur) j'ai vérifié la signalétique et depuis j'en ai fait rajouter pour que ce soit encore plus visible. Sur l'incident, je n'étais pas là, je ne préfère pas me prononcer sur les détails"

Pour nous la sécurité est primordiale, nous avons tout vérifié.

Nelson Petit, directeur d'exploitation du parc Antibes Land

Plus de prévention

La famille ne veut pas de geste commercial ou d'excuse, mais souhaite "une prise de conscience". La mère de famille explique : " vous vous rendez compte que je laisse monter mes enfants dans une attraction sans penser une seule seconde que c'est dangereux, personne ne nous avertit ou vérifie quoi que ce soit. Je m'en veux d'avoir fait confiance et je culpabilise aujourd'hui. Dans les autres manèges, il y a des recommandations : interdit au moins de six ans, au moins d'un mètre vingt, obligation d'accompagnement... mais là rien... Quand j'ai vu que c'était à nouveau ouvert le lendemain, j'étais scandalisée. On a eu de la chance cette fois, mais la prochaine fois, il y aura un mort ou un blessé grave..."

Lorsque nous nous sommes rendus sur place, l'attraction était temporairement fermée, nous n'avons pas pu nous entretenir avec le responsable de l'attraction, une mise à jour sera faite en cas d'information supplémentaire. 

Sur les autres manèges des instructions de taille et/ou d'âge sont bien mentionnées, le rideau étant fermé, nous n'avons pas pu confirmer l'absence de consigne dans la cabine.

La famille envisage de mener des poursuites, à ce stade seule une main courante a été déposée.