Le leader du PS dans les Alpes-Maritimes ému aux larmes après le retrait de la liste Félizia: "c'est difficile à avaler"

Invité du journal de France 3 Côte d'Azur ce lundi 21 juin au lendemain des élections régionales et départementales, l'ex-tête de liste Rassemblement écologique et social dans les Alpes-Maritimes est revenu sur "une séquence difficile à avaler".

Pour Xavier Garcia, "au-delà du retrait de la liste il y a un sentiment d'abandon des militants à Nice et en Paca".
Pour Xavier Garcia, "au-delà du retrait de la liste il y a un sentiment d'abandon des militants à Nice et en Paca". © FTV

Au lendemain du premier tour de l'élection régionale en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, la tête de liste du Rassemblement écologique et social dans les Alpes-Maritimes a exprimé son désarroi après le retrait annoncé par Jean-Laurent Félizia.

Xavier Garcia, le leader du parti socialiste dans les Alpes-Maritimes et tête de liste dans le département, était "tiraillé parce qu'il "ne voulai(t) pas assumer dimanche une victoire du Rassemblement national", mais favorable au maintien de la liste au second tour :

On croyait qu'il y avait un chemin entre la victoire du Rassemblement national et l'effacement de la gauche, c'était une ligne de crête qu'on était prêts à tenir.

Xavier Garcia

Voter Muselier "sans état d'âme et des deux mains"

Pour autant, il respecte la décision de Jean-Laurent Félizia et assure qu'il votera Renaud Muselier "sans état d'âme et des deux mains" pour faire barrage au Rassemblement national, dimanche 27 juin lors du second tour.

"Une séquence difficile à avaler"

Derrière la décision du retrait, ce sont surtout les conditions dans lesquelles elle a été imposée qui choque Xavier Garcia. "Il y a eu un tourbillon de nos partis nationaux qui nous ont demandé de nous retirer sans autre forme de procès", explique le Premier secrétaire du parti socialiste dans les Alpes-Maritimes.

"Ça a été une séquence difficile à avaler. Au delà de ce retrait, il y a un sentiment d'abandon des militants à Nice, en Paca. Le combat est très difficile à assumer, on a l'impression de ne pas être entendus par nos états majors et d'être un peu abandonnés."

"Des militants quittent le PS"

Si elle peut concourir à faire barrage à l'extrême droite, cette décision va aussi laisser des traces dans les rangs - déjà clairsemés - du parti socialiste dans les Alpes-Maritimes.

Stéphane Gauthier, le remplaçant de Xavier Garcia à l'élection départementale dans le 7ème canton de Nice l'exprimait déjà avant l'annonce du retrait de la liste Félizia :

"C'est une certitude, il y a déjà des militants qui ont annoncé qu'ils quittaient le parti, reconnait Xavier Garcia. C'est difficile de se projeter dans l'avenir pour moi et pour un certain nombre de militants de gauche dans cette région."

De son côté, Patrick Allemand, ancien 1er vice-président socialise de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur a salué une "décision courageuse". Et "salue le travail de toutes les équipes, particulièrement celle des Alpes-Maritimes car je connais l’état d’esprit dans lequel elles peuvent se trouver, ayant moi-même vécu cette situation en 2015." Il appelle les électeurs de gauche à se rendre aux urnes dimanche pour faire barrage au Rassemblement national.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections parti socialiste europe écologie les verts rassemblement national