Flamme olympique dans les Alpes-Maritimes. "La menace est toujours présente", aux côtés des agents en charge de la sécurité

En gris, peu expressif, un cordon de sécurité barre l'accès au cortège. Policiers, gendarmes et membres de la sécurité civile, ils seront des dizaines à protéger la flamme olympique lors de son parcours dans les Alpes-Maritimes.

Larges sourires, éclats de joie, moment de fête et grand honneur... Ça, c'est l'ambiance du côté des 154 porteurs de la flamme olympique ce mardi 18 juin dans les Alpes-Maritimes.

>> Suivez notre direct de cette journée.

De Villefranche-sur-Mer à Grasse en passant par Cannes et Valberg, la belle revenue en Métropole va terminer sa journée à Nice.

Les porteurs en jogging blanc maculé s'enchaînent, l'un vient de récupérer la flamme olympique des mains du précédent. Les torches "s'embrassent", la flamme continue son chemin, bien encadrée.

Lucas est originaire de Mulhouse en Moselle. Ce mardi matin, il était sur le pied de guerre sur les quais à Villefranche, sous le soleil de la Côte d'Azur...

Il fait beau, ça me change ! Cela fait déjà 15 jours que j'encadre la flamme. En tant que policier, on s’est entraîné sur plusieurs semaines pendant 8 mois, on a fait 4/5 semaines de formation à Carpiagne près de Marseille.

Lucas, chargé de la sécurité du Relais.

"Là, on est sur le réel donc la tension est un peu plus palpable, on a hâte !" raconte Lucas à quelques minutes du départ. Il ne fera pas tout le parcours ce mardi, mais des tronçons. Lucas n'était pas aux Antilles par exemple. 

Son travail ? Avoir des yeux partout, ne rien laisser passer. "Sur mes sessions, il n'y eut aucun incident, après la menace est toujours présente", reconnaît le policier qui sera avec 17 autres collègues autour des porteurs.

Afin d’encadrer le passage du Relais dans les Alpes-Maritimes le 18 juin prochain, le préfet des
Alpes-Maritimes a pris des mesures permettant de sécuriser le parcours : des forces de sécurité intérieure et des policiers municipaux assurent la sécurisation de l’itinéraire de la Flamme. 

Flamme, relayeurs, public, convoi.. Pour surveiller le tout et garantir cette "bulle":

  • 400 policiers
  • 415 gendarmes
  • 32 militaires des forces Sentinelle.

Des hommes mais aussi des moyens technologiques spéciaux sont engagés comme la surveillance par drones et un dispositif de lutte anti drone déja déployé sur le Festival de Cannes.

Un appui aérien par hélicoptère et drones permettra aux forces de sécurité intérieure de sécuriser le bon déroulement de la journée. 
Sans oublier du personnel pour fluidifier la circulation : des VTT « police » en sécurisation, des relayeurs et de la bulle de sécurité et des effectifs moto. Des démineurs sont aussi aux quatre coins du département. 
Ce que craignent les autorités ce jour et sur tout le parcours ? Si le risque terroriste n’est pas complètement écarté, le ministère de l’Intérieur redoute surtout des mobilisations spontanées d’activistes qui tenteraient de profiter de l’écho médiatique mondial de l'événement.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité