Nice : le tribunal administratif ordonne au ministère de la Justice de faciliter l'accès aux masques pour les avocats

Le 7e barreau de France doit avoir accès au circuit d'approvisionnement en masques du ministère de la justice, selon une ordonnance du tribunal administratif. Les avocats niçois demandaient que des masques de protection soient mis à leur disposition.

Des masques, des masques, oui mais pas n'importe comment !
Des masques, des masques, oui mais pas n'importe comment ! © Roland Macri / Max PPP
Le tribunal administratif de Nice a donc tranché.
La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, dispose d'un délai de quinze jours pour indiquer un circuit d'approvisionnement en masques rapide, qui permettra aux avocats niçois de se doter de masques de protection quand ils se rendent dans les prisons ou quand ils assistent un client en garde à vue. Pour le bâtonnier Thierry Troin, 

c'est une décision satisfaisante car elle rétablit l'avocat dans son rôle d'auxilliaire de justice. Cela permet au justiciable d'avoir droit à la défense


explique t-il par téléphone.
  Ce jugement peut faire l'objet d'un recours devant le Conseil d'Etat.
Le bâtonnier demandait dans sa requête en urgence une prise en charge sanitaire des métiers du droit par l’État.
 
Dès le 18 avril, certaines commandes avaient été  passées en prévision, elles devraient être reçues d'ici une dizaine de jours et les avocats devront payer les masques sur leurs propres deniers.
Les autres requêtes des avocats niçois, qui portaient notamment sur la distribution de masques et de gants aux détenus, ont été rejetées.

La  ville de Nice a fourni des masques dans un premier temps

Les avocats étaient en grève contre le projet de réforme des retraites quand le confinement a été annoncé par le président de la République suite à l'épidémie de Covid-19. C'était le 17 mars dernier, la justice tournait en ralenti avec de nombreuses audiences reportées.
Nice  le 2 mars 2020 : les avocats en grève empêchent l'ouverture du procès de la fusillade du lycée Tocqueville.
Nice le 2 mars 2020 : les avocats en grève empêchent l'ouverture du procès de la fusillade du lycée Tocqueville. © Eric Ottino / MAX PPP


Le 23 mars, le barreau de Nice, soit 1.125 avocats en 2020,  a annoncé la suspension du mouvement,  en assurant les gardes à vue, les visites en prison et quelques audiences. Le bâtonnier a refusé de désigner des avocats commis d'office pendant cette période. Il n'y avait pas de masques en nombre suffisant,  priorité était donnée aux professionnels de santé. Pendant un mois, c'est la ville de Nice qui a donné quelques équipements de protection.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter