Oui, il y avait du public, masqué ou pas, le long de l'étape du Tour de France à Nice ce samedi

Ce départ du Tour de France ce samedi 29 août à Nice était annoncé en quasi "huis clos". Et même si ce n'est pas la fête imaginée en 2018, au moment de l'annonce du départ à Nice. La Grande boucle, avait un goût assez festif sur les routes de la 1re étape. Ambiance.

Un Tour de France doux-amer pour le public mais avec une ambiance certaine à Nice
Un Tour de France doux-amer pour le public mais avec une ambiance certaine à Nice © Anne Le Hars FTV
Pas de selfie, pas d'autographe...Un départ à huis clos... Sur le papier, ce grand départ donné de de Nice partait mal.

C'était clair, le public n'allait pas vivre la fête imaginée en 2018, au moment de l'annonce du départ à Nice. La Grande boucle, percutée comme le monde entier par le Covid-19, avait un goût doux-amer dans les rues de Nice.

Une seule rangée de public était posée contre les barrières dans le centre de Nice, pour une première étape sous la pluie.
Une seule rangée de public était posée contre les barrières dans le centre de Nice.
Une seule rangée de public était posée contre les barrières dans le centre de Nice. © Anne Le hars FTV
Pas plus de foule dans la côte de Rimiez, à la sortie de Nice, la principale montée de la 1re étape, gravie deux fois. 
Un public méritant à défaut d'être dense car l'accès en voiture n'y était pas permis. 

Dans la montée de Cimiez le début des fans, pour la plupart avec un masque :

A peine plus de foule dans la côte de Rimiez, à la sortie de Nice, la principale montée de la 1re étape, gravie deux fois :

On a grimpé quatre kilomètres à pied pour les voir à un endroit stratégique !

Trois étudiants niçois

En voisin

Comme souvent, c'est en voisin que l'on est venu. Quelques pas, un fauteuil et voilà le quartier qui se donne rendez-vous sur le bord de la route.
Des familles avec enfants qui se partagent le butin de la caravane, étalé sur un muret ou assis dans l'herebe mouillée.
 

C'est sympa, il y a de l'ambiance et les enfants sont heureux, ils ont des cadeaux !

Anita, près d'Aspremont

L'ambiance, celle des cris au passage de la caravane publicitaire a vraiment commencé à Aspremont. Le petit village avu passer trois fois les coureurs, autant dire que dès les véhicules des marques, le public était chaud :"Même dans la côte, ils passent vite quand même", observe l'un d'eux, Guillaume Emerson avec l'oeil de l'habitué. A 25 ans, ce "fan de vélo" est déjà venu une
flopée de fois sur la route du Tour. Même si la dernière remonte à deux ans, à l'Alpe d'Huez.

Au fil du parcours, des 156 km, c'est bien das les village que le pblic était présent, masqué parfois, souvent mais pas toujours. La pluie s'étant invitée ce premier jour de Grande Boucle, la foule s'est un peu relâchée aussi peut -être. 

A l'arrivée, retour d'une ambiance plus calme :
"On ne peut pas se plaindre, Nice a bien fait les choses, avec trois étapes", se console Guillaume qui a déjà planifié où il sera placé le lendemain, dans le col d'Eze que le peloton gravira à une trentaine de kilomètres de l'arrivée.
    
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport coronavirus/covid-19 santé société