L'aide promise par l'État n'arrive pas dans les vallées sinistrées : "nous sommes pris pour des dindons"

Le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes Charles-Ange Ginésy et le député Éric Ciotti ont annoncé ce jeudi 1er avril avoir écrit à Emmanuel Macron pour lui demander d’honorer les engagements financiers pris pour aider les vallées touchées par la tempête Alex en octobre 2020.

Une maison détruite dans le lit de la Vésubie en février 2021.
Une maison détruite dans le lit de la Vésubie en février 2021. © Aline Métais FTV

Le courrier date du lundi 29 mars dernier, avant les annonces d'Emmanuel Macron concernant la fermeture temporaire des crèches et des établissements scolaires.

"Nous vous lançons un véritable SOS. Vous avez entre vos mains l'avenir de l'arrière-pays niçois dont la reconstruction ne pourra se poursuivre que si l'État apporte un soutien financier immédiat et conséquent", Charles-Ange Ginésy et le député Éric Ciotti, également président de la commission des finances du département, terminent leur lettre par cet appel à l'aide. 

Ils reprochent à l'État de ne pas tenir ses engagements pris lors de la visite d'Emmanuel Macron dans la vallée de la Roya début octobre, juste après la tempête Alex.

Emmanuel Macron salue les secouristes dans la vallée de la Roya, le 7 octobre 2020.
Emmanuel Macron salue les secouristes dans la vallée de la Roya, le 7 octobre 2020. © Daniel Cole / POOL / AFP

"Nous sommes pris pour des dindons"

Lors d'une visioconférence de presse ce jeudi 1er avril le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes a laissé éclater sa colère : "Nous sommes pris pour des dindons". 

Charles-Ange Ginésy ajoute : "Jean Castex puis Emmanuel Macron sont venus. 100 millions au moins ont été promis avec une rallonge si nécessaire et seuls 26 millions d’euros ont été honorés.
Il en coûtera un milliard pour reconstruire. 60 millions sont prévus du fonds européen mais nous avons peur que cette somme se substitue à la promesse
 (de l'État) plutôt que l’abonder."

Saint-Martin-Vésubie, trois jours après les inondations.
Saint-Martin-Vésubie, trois jours après les inondations. © NICOLAS TUCAT / AFP

En octobre dernier, l'Etat a répondu rapidement présent dans les jours qui ont suivi les intempéries, en mettant notamment en place un pont aérien et en mobilisant l'armée. 

Lors de sa visite, Emmanuel Macron avait souligné le soutien donné par la France :

La Nation sera là, présente, dans la durée. Car la Nation n'abandonne aucun de ses territoires, aucun de ses enfants.

Emmanuel Macron, ce 7 octobre

Six mois après, en pleine reprise de l'épidémie de Covid et juste après les annonces de fermeture des écoles et de durcissement des règles sanitaires en France, pas sûr que la réponse du président de la République soit immédiate. 

Au-delà du montant exorbitant de la reconstruction des vallées, le bilan humain de ces intempéries reste lourd : 10 morts et 8 autres personnes disparues qui n'ont toujours pas été retrouvées.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
parc national du mercantour vallée de la roya nature parcs et régions naturelles intempéries météo emmanuel macron politique pompiers faits divers