Témoignage. Policier, garde champêtre et sapeur-pompier... Il est l’une des figures emblématiques de sa commune

durée de la vidéo : 00h03mn31s
À Saint-Etienne-de-Tinée, Pyter Charleux est tantôt garde champêtre et tantôt chef de centre des sapeurs-pompiers. Une double vie pleine de rebondissements et d’aventures. Rassurant et autoritaire, il est l’une des figures emblématiques du secteur d’Auron. ©M. Lapichino
Publié le Mis à jour le Écrit par Véronique Lupo

À Saint-Etienne-de-Tinée dans les Alpes-Maritimes, Pyter Charleux est parfois garde champêtre et parfois chef de centre des sapeurs-pompiers. Une double vie très riche, pleine de rebondissements et d’aventures. Rassurant et autoritaire, il est l’une des figures emblématiques du secteur de la station de ski d’Auron.

C’est une vie entière que Pyter Charleux a consacrée à la montagne. Né à Saint-Etienne dans la Loire, il est arrivé dans les Alpes-Maritimes alors qu’il n’avait que 3 ans.

Aujourd’hui, il est absolument hors de question de quitter les montagnes d’Auron et de Saint-Etienne-de-Tinée qu’il chérit tant. 53 ans après son arrivée, il a su se rendre indispensable à ses vallées adorées, en portant la casquette de garde champêtre et celle de chef de centre des sapeurs-pompiers.

"C’est un homme carré, droit dans ses bottes"

Du côté d’Auron, il est à présent l’homme qui rassure, celui que l’on remarque toujours alors qu’au fil des années, il a su se fondre dans le paysage. Dans son uniforme de garde champêtre avec une barrette en argent et un liseré vert, il patrouille dans le marché avec une seule intention : être proche des habitants et des maraîchers.

Le matin quand on arrive à Auron, on le voit s’occuper de la police et du marché. Il est essentiel.

Chantal Bagnato, maraîchère Auron

Il surveille le bon déroulement du marché sous les yeux approbateurs du public.

En sa qualité de garde champêtre, il a pu ainsi prêter main-forte à une collègue qui en avait rudement besoin.

J’avais tout sur les épaules et là, ça détend un peu parce que je ne pouvais pas être à Saint-Etienne, à Auron et dans les hameaux  en même temps. Je suis ravie parce qu’on fait du très bon travail tous les deux.

Laurence Begue, garde champêtre

Qu’ils soient habitants, professionnels ou visiteurs, nul ne tarit d’éloges sur Pyter Charleux.

Une triple casquette pour ce Stéphanois de naissance

À tout moment de la journée, il troque son uniforme de garde champêtre pour celui de policier et chef des sapeurs-pompiers volontaires. S'il est au service de 1 700 habitants à l’année et de 1 100 l’hiver, il est surtout dévolu à la station d’Auron. C’est parce qu’il avait les épaules nécessaires pour couvrir un territoire de 173 km, qu’il a été choisi par la municipalité d’Auron pour être garde champêtre.

C’est un meneur d’hommes, autoritaire et sachant se faire respecter et c’est pourquoi il convenait complètement au poste de garde champêtre.

Eric Barale, adjoint au Maire détaché à Auron

Il traque les dépôts sauvages aussi. Pyter en réfère immédiatement à sa hiérarchie. 

Sous l’autorité du maire, on intervient sur des missions de prévention pour la sécurité et la salubrité publique. Notre domaine englobe aussi la police de l’environnement et la police rurale.

Pyter Charleux

L'une des missions principales de Pyter est donc également de travailler au quotidien sur la salubrité de l'environnement. 

Porter secours aux personnes reste sa priorité

Ancien pisteur, fervent défenseur de la nature, Pyter adore aussi revêtir sa cape de super-pompier. Voilà 13 ans, il décidait de devenir un homme du feu pour apporter du secours aux autres. De cette période, il se souvient chaque moment.

Son uniforme de pompier, il le revêt toujours avec grand plaisir.

Il y a 32 ans, on n’avait vraiment pas beaucoup de matériel mais on avait aussi beaucoup moins d’interventions. Cela rappelle de très bons souvenirs.

Pyter Charleux

S'il jongle entre les uniformes plusieurs fois par jour, il restera toujours Pyter Charteux, Stéphanois de naissance, arrivé dans les montagnes des Alpes-Maritimes un peu par hasard, un secteur qui l'a adopté, sans doute définitivement.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :