85% de sentiment d'insécurité à Marseille : "un sentiment qui est national", selon l'adjoint au maire en charge de la sécurité

Les trois-quarts des Marseillais attendent un "changement en profondeur" de l'action de la municipalité, révèle un sondage exclusif Ipsos - Sopra Steria réalisé pour France 3 Provence-Alpes, France Bleu et La Provence. Nous avons interrogé sur le sujet Yannick Ohanessian, adjoint (PS) au maire de Marseille en charge de la sécurité.

"Il n'a échappé à personne que nous avons échappé depuis trois ans à des crises majeures. D'abord on est sortis d'une crise du Covid, on a la guerre aux portes de l'Europe, on a connu des émeutes cet été", pour Yannick Ohanessian, adjoint au maire de Marseille en charge des questions de sécurité, de tranquillité publique et de prévention, c'est derrière ces crises que s'exprime le sentiment d'insécurité exprimé dans le sondage Ispos - Sopra Steria* pour France 3 Provence-Alpes, France Bleu et la Provence révélés ce vendredi 15 décembre.

D'après cette étude, 85% des Marseillais éprouvent un sentiment d'insécurité. Un chiffre légèrement plus élevé chez les femmes (89%) que chez les hommes (80%). 50% des 813 répondants disent se sentir en insécurité "très souvent" ou "souvent". Seuls 2% des sondés répondent "jamais".

"Ce sentiment de sécurité il est partagé par l'ensemble de nos concitoyens sur le territoire national", estime Yannick Ohanessian. Pierre Latrille, co-auteur du sondage et membre de l'institut Ipsos confirme : "c'est un sentiment très partagé partout en France".

Quelles solutions ?

Interrogé par France 3 Provence-Alpes sur les solutions à apporter à ce sentiment d'insécurité, Yannick Ohanessian répond : "Lorsque nous sommes arrivés, nous avons demandé au ministre de l'Intérieur, au président de la République, plus de policiers nationaux dans les rues de Marseille pour assurer la sécurité des marseillaises et marseillais. C'est quelque chose que nous avons obtenu." L'adjoint promet également "un grand plan de recrutement pour la police municipale de Marseille".

"Quand j'ai pris mes fonctions, nous avions quatre cents policiers municipaux à la ville de Marseille. Nous avons la volonté d'en avoir huit cents à la fin du mandat, donc de doubler ces effectifs. A ce jour, au 31 décembre 2023, nous aurons cinq cent quarante policiers municipaux au service des marseillaises et des marseillais."

En conseil municipal vendredi, l'élu s'est engagé au retour de la "police de proximité", avec le vote de trois nouvelles bases de police municipale au Nord, au Sud, et au centre de la ville.

"Il fallait qu'il y ait à nouveau du bleu dans les rues de Marseille et du bleu dans tous les noyaux villageois et dans tous les quartiers", estime-t-il au micro de France 3 Provence-Alpes.

Les compétences de la police municipale concernent notamment l'habitat, la circulation et le stationnement ou l'environnement. C'est la police nationale qui intervient, notamment, dans les enquêtes liées au trafic de stupéfiants ou aux règlements de compte.