Cyberharcèlement en meute de Magali Berdah : ce que l'on sait des 28 condamnations à des peines de prison

L'agente d'influenceurs avait reçu plus de 120 000 messages de menaces et d'insultes. Ce 19 mars, le tribunal correctionnel de Paris a condamné 28 personnes pour cyberharcèlement.

"Sale chienne", "arnaqueuse", "tu mérites d'être décapitée et lapidée". C'est ce genre de messages haineux que recevait l'ex-"reine des influenceurs" Magali Berdah. Ce mardi 19 mars, elle a obtenu la condamnation de 28 internautes ayant participé à son cyberharcèlement en "meute". Certains messages comportaient des menaces de mort et/ou un caractère sexiste ou antisémite. France 3 Provence-Alpes fait le point sur ce qu'il faut savoir.

De lourdes peines

C'est la plus importante procédure jugée jusque-là par la justice française. Vingt-huit personnes, âgées de 20 à 49 ans et résidant dans toute la France, étaient poursuivies pour des messages haineux ou injurieux envoyés à Magali Berdah sur les réseaux sociaux. L'agente d'influenceurs avait reçu "plus de 120 000 messages de menaces ou d'insultes" en près d'un an, dont "plusieurs centaines" du rappeur Booba, avait-elle expliqué sur Franceinfo.

Le tribunal correctionnel de Paris a reconnu l'ensemble des prévenus coupables, et leur a infligé des peines allant de 4 à 18 mois de prison, assorties de sursis dans la moitié des cas. Parmi les peines les plus sévères, on compte une condamnation à 18 mois d'emprisonnement, dont six mois ferme, et une autre à un an ferme.

Les prévenus ont par ailleurs été condamnés à des amendes de 300 à 700 euros, et à suivre un stage de citoyenneté. Il leur est interdit, pendant deux ans, d'entrer en contact, y compris sur les réseaux sociaux, avec la victime, à qui ils devront verser solidairement 54 000 euros au titre de son préjudice moral.

Il est "démontré" qu'au moment des faits, chacun "a eu connaissance du cyberharcèlement subi par la victime et a fait le choix de s'inscrire sciemment dans celui-ci", a estimé le tribunal. Les juges ont rappelé dans leur décision les "répercussions réelles" de ce phénomène pour la santé mentale de la victime - qui avait confié à la barre avoir été "à deux doigts de (se) jeter par la fenêtre".

"La leçon à retenir, c'est que personne n'est protégé derrière son clavier", s'est félicité devant la presse Me David-Olivier Kaminski, qui défend Magali Berdah, avec Mes Antonin Gravelin-Rodriguez et Rachel-Flore Pardo.

"Enfin, on me reconnaît comme victime, on déclare que ce que j'ai subi est grave", a commenté de son côté Magali Berdah. "Ma vie a été détruite pendant deux ans à cause de ça, donc (ce jugement) est une belle victoire", a-t-elle ajouté.

Le rôle du rappeur Booba en question

Lors du procès, la plupart des prévenus ont expliqué avoir voulu mettre en cause Mme Berdah pour de supposées pratiques commerciales trompeuses à travers sa société Shauna Events - qui met en relation influenceurs et marques.

Presque tous ont évoqué le rôle dans cette controverse du rappeur Booba, qui s'est lancé en 2022 dans une croisade contre Mme Berdah et contre ceux qu'il appelle les "influvoleurs", qu'il accuse de multiples arnaques à l'encontre des internautes.

La première plainte de Magali Berdah remonte au 25 mai 2022. Une plainte déposée au commissariat de police du 16e arrondissement de Paris pour "diffamation""menaces, y compris de mort, et notamment à caractère antisémite", "injures à caractère antisémite", "harcèlement moral aggravé" et "appels téléphoniques malveillants".

Booba est lui-même mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour harcèlement moral aggravé.

Il n'était pas concerné par la décision rendue mardi, ce qui n'a pas empêché le tribunal de relever que les faits jugés découlaient de ses publications, dont "les prévenus avaient parfaitement connaissance", ont résumé dans un communiqué les trois défenseurs de la victime.

En décembre sur France 2, Booba avait rejeté toute responsabilité dans les faits reprochés aux 28 prévenus, réfutant avoir été le chef d'une "meute".

Pour Me Kaminski toutefois, la justice l'a bien "identifié" comme tel, comme celui qui a "déclenché toute cette haine". "Il aura son heure judiciaire, elle viendra", a-t-il ajouté.

Magali Berdah jugée en septembre

Magali Berdah doit par ailleurs être elle-même jugée en septembre à Nice pour banqueroute et blanchiment, mais pour des faits antérieurs à la création de sa société Shauna Events, tandis que cette agence fait l'objet d'une enquête préliminaire à Paris, notamment pour escroquerie.

Quoi qu'il en soit, "rien ne saurait justifier le cyberharcèlement, et certainement pas le comportement de la personne qui en est la cible", a commenté Me Pardo, pour qui la décision de mardi marque "un tournant dans la lutte" contre ce phénomène.