"Des milliers de petites méduses bleues" : images surprenantes du littoral méditerranéen après une invasion de vélelles

Petits organismes de la famille des méduses, les vélelles sont de retour ce printemps. Des colonies se sont échouées ces derniers jours sur une partie du littoral, de Marseille à la Côte d'Azur.

Une nouvelle pollution après les orages ? Une galette de pétrole ? Une immense masse sombre flottant sur l'eau a fait son apparition depuis la fin du mois de mars sur le littoral marseillais, varois et jusque dans les Alpes-Maritimes. Ce sont en fait des vélelles, un organisme marin moins connu que ses cousines les méduses, pourtant très courantes en Méditerranée. 

Marée bleue

Passionné de fonds marins et soucieux de leur préservation, Karim Saari, photographe et moniteur d'apnée, s'est lui aussi étonné de cette marée bleue. Il a posté lundi 1ᵉʳ avril sur son compte X "Dark Massilia" d'impressionnants clichés du phénomène observable en rade de Marseille.

Inoffensives et non urticantes

L'adjoint à la mairie de Marseille en charge de la biodiversé marine confirme le retour des vélelles à Marseille. "Il y en a même à la Marina olympique", reconnaît Hervé Menchon dans un tweet, soulignant pour rassurer les Marseillais, quelles ne sont pas urticantes pour l'homme.

Dérivant au gré des vents à la surface de l'eau, les vélelles sont également présentes dans le Var depuis le 21 mars, a indiqué le parc de Port-Cros après un appel de riverains inquiets, suspectant une importante pollution en mer.

Des milliards de vélelles échouées

"Pratiquement, chaque année au printemps, des milliers de ces petites "méduses bleues" s'échouent sur notre littoral", explique le parc sur sa page Facebook, avec des photos tout aussi étonnantes de l'invasion dans le port de Port-Cros, par ces organismes en forme de petit voilier.

Contrairement aux apparences, les vélelles ne sont pas des méduses. Il s'agit de "colonies", "qualifiées de méga organisme, car leur fonctionnement repose sur la cohabitation symbiotique de dizaines de polypes, où chacun s'occupe de diverses tâches vitales pour la colonie. Chaque individu a une tâche précise (la pêche, la défense, la reproduction, etc). Ces polypes dépendent tous les uns des autres et il leur est impossible de survivre à titre individuel. Fascinant !", explique le parc de Port Cros.

En ce week-end pascal, les "nappes bleues de vélelles échouées" ont surpris les Varois se promenant sur les plages du Mourillon à Toulon. La Côte d'Azur n'est pas épargnée, comme le montrent ces photographies prises sur la presqu'île du Cap d'Antibes. 

Ces dernières années, la présence de ces drôles de méduses a été très régulièrement signalée sur toute la façade méditerranéenne et en Corse. Phénomène fréquent depuis longtemps Outre-Atlantique, il restait encore rare sur nos côtes il y a quelques années, mais pourrait être l'une des nombreuses conséquences imputables au changement climatique.