Marine Le Pen à Marseille : "Peut-on encore aller dans les quartiers nord sans risquer sa vie ?"

Marine Le Pen est en visite dans les Bouches-du-Rhône jusqu'à samedi. Au micro de France Bleu Provence, la candidate à l'élection présidentielle s'est notamment exprimée sur la sécurité.

La candidate du Rassemblement national fait campagne dans les Bouches-du-Rhône. Marine Le Pen est attendue ce vendredi matin au commissariat du 15e arrondissement de Marseille, dans les quartiers nord. 

Invitée au micro de France Bleu Provence, Marine Le Pen s'est exprimée sur la sécurité, thème majeur de son programme. "Peut-on encore rencontrer les populations des quartiers nord sans risquer sa vie ?, a-t-elle déclaré. Les policiers eux-mêmes ont beaucoup de problèmes".

Je suis la seule chance pour rétablir la sérénité.

Marine Le Pen

France Bleu Provence

La candidate RN a évoqué "des cités de non-droit, ou d'un autre droit". "Je suis là pour libérer les braves gens. Il faut éradiquer la criminalité et la délinquance. Je suis la seule chance pour rétablir la sérénité dans les cités"

Elle s'est dite prête à "écouter" les forces de l'ordre. "Je vais leur proposer de rétablir la sécurité en France, remettre la France en ordre, de les réarmer en personnel, et moralement."

"Les forces de l'ordre ont été abandonnées par leur hiérarchie, par les politiques, a-t-elle poursuivi.(...) Ce ne sont pas les forces de l’ordre qui sont responsables de l'anarchie totale du pays, de son ensauvagement, ce sont les politiques. Ils ne mettent pas en place les conditions pour que les actions des policiers aient une traduction judiciaire"

Marine Le Pen a fait référence aux récentes dégradations du palais omnisports de la Capelette, dans le 10e arrondissement de Marseille. Une cinquantaine de jeunes s'étaient introduits illégalement dans l'établissement et fait de nombreux dégâts. La relaxe d'un jeune homme jugé en comparution immédiate est le symbole du "laxisme judiciaire que nous vivons aujourd'hui", pour Marine Le Pen.

"Marseille en ordre"

Au sujet du plan "Marseille en grand", dévoilé par Emmanuel Macron début septembre, l'ex-présidente du Rassemblement national s'est montrée sceptique quant aux priorités, comme la rénovation des écoles. "L'urgent, ce n'est pas "Marseille en grand" mais "Marseille en ordre". (...) Il faut d'abord rétablir l'ordre. Sinon tout cet argent sera du liquide déversé sur du sable"

Je ne suis pas de droite.

Marine Le Pen

France Bleu Provence

Interrogée sur Eric Zemmour, qui la talonne dans les sondages, Marine Le Pen a jugé son programme "déséquilibré", tourné uniquement vers "l'immigration et la sécurité". A sa différence. "C'est grâce à nous que ce sujet à émergé", a-t-elle souhaité rétablir, ajoutant : "Je ne suis pas de droite je suis de France".

La candidate doit se rendre dans l'après-midi sur le site nucléaire de Cadarache, à Saint-Paul-les-Durance. Marine Le Pen a plaidé en faveur de la réouverture de la centrale nucléaire de Fessenheim, sur Franceinfo lundi.

Samedi, la candidate RN déambulera sur un marché, avant de visiter la foire aux santons sur le Vieux-Port, ainsi que le salon de la gastronomie et des vignerons, au parc Chanot. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marine le pen rassemblement national politique élection présidentielle élections