Marseille : une armée de chercheurs et médecins pour comprendre la réponse immunitaire au coronavirus

Marseille Immunopole vient de lever une véritable armée de chercheurs et de médecins pour tenter de comprendre les réponses immunitaires au Covid-19. Participent à cette étude les hôpitaux marseillais et la société de biotechnologie Innate Pharma. Le but : trouver rapidement de nouveaux traitements.
Une partie de l'équipe d'Innate Pharma
Une partie de l'équipe d'Innate Pharma © E.V.
C'est une véritable "task force marseillaise" qui s'est constituée pour tenter de mieux comprendre la manière dont se défend l'humain face au SRAS-CoV-2. 

Pour rappel, le SRAS-CoV-2 est le nom du nouveau coronavirus. La maladie provoquée par ce coronavirus a été nommée Covid-19 par l’Organisation mondiale de la Santé.

Le pôle français d'immunologie, Marseille Immunopôle a lancé un projet de recherche exploratoire intitulé "Explore Covid-19", qui associe les équipes de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM), de l'Hôpital Laveran (HIA-Laveran) et de la société de biotechnologie Innate Pharma.

L'objectif est de mieux comprendre la réponse immunitaire au SRAS-CoV-2 et d'explorer de nouvelles façons de la combattre.
Vue au microscope du SARS-CoV-2 (cellules bleues), virus qui cause la maladie Covid-19
Vue au microscope du SARS-CoV-2 (cellules bleues), virus qui cause la maladie Covid-19 © AFP PHOTO /NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH/NIAID-RML/HANDOUT

Etude sur les 15% de patients les plus atteints

Ce projet réunit plus d'une quarantaine de médecins et de chercheurs qui travaillent depuis le 1er avril, à partir d'échantillons de sang prélevés sur une centaine de patients.

Ils étudient la réponse immunitaire au SRAS-Cov2 de ces patients infectés. Il s'agit là d'une première étude basée sur l'observation.

"Je rappelle que 85% des personnes atteintes du Covid-19 s’en sortent seules", explique Pr. Eric Vivier, professeur à l'AP-HM - Université d'Aix-Marseille et Centre d'Immunologie de Marseille-Luminy, directeur scientifique d'Innate Pharma.

"Nous avons choisi des patients parmi les 15% restants, ceux dont la symptomatologie les conduit aux urgences, qui sont hospitalisés", détaille le Pr. Vivier.

Trois catégories ont été définies par les chercheurs, en fonction de leur état clinique, le critère de sélection étant leur besoin en oxygénation) :

1) Les patients hospitalisés, sous surveillance;
2) Les patients sous oxygénothérapie;
3) Les patients sous respirateurs artificiels (en ventilation mécanique).

"Une fois que les patients sont infectés par le SRAS-CoV-2, leur système immunitaire est activé", explique le Dr Julien Carvelli, médecin à l'unité de soins intensifs de La Timone.

"Malheureusement, pour certains patients, le système se met en surcharge et "inonde" les poumons de cytokines inflammatoires, ce qui entraîne des troubles respiratoires aigus".

Il y a deux cas de figures. Soit le patient manque de défenses immunitaires, soit il a une réponse immunitaire exagérée qui crée un état inflammatoire. Ce que l’on observe dans certaines pneumopathies sévères. Au début, c’est le virus qui crée les symptômes. Ensuite, c’est l’inflammation.

"A partir de ces analyses, en les comparant, on va pouvoir avoir de nouvelles pistes de recherche, nous orientant vers un traitement", explique le Pr Eric Vivier.

"Chez Innate Pharma, nous développons depuis 20 ans des molécules-médicaments qui stimulent la réponse immunitaire, ou au contraire la bloquent si elle est trop forte", indique le spécialiste.

"C’est le principe de l’immunologie. Nous ne travaillons pas sur le virus. Mais sur le système immunitaire. Si nos hypothèses sont confirmées, et que nous obtenons le feu vert, nous passerons aux essais cliniques, au traitement des patients."

Cette étape représentera alors la deuxième partie du projet "Explore Covid-19".

Une armée de médecins et de chercheurs

Marseille Immunopôle fonctionne comme une fédération qui rassemble tous les acteurs de l’immunologie sur le territoire Aix-Marseille. Avec un partenariat public/privé qui marche déjà très bien.

"C’est un exemple rare en France", poursuit Eric Vivier. "Si nous avons mis en place ce projet de recherche en un temps très limité, c'est parce que nous avons l'habitude de travailler ensemble et nous nous faisons confiance".

"C’est une véritable armée qui est sur le pied de guerre. On espère donner de l’espoir le plus rapidement aux patients", ajoute le praticien.

Marseille Immunopôle fonctionne comme un Institut réunissant les services cliniques, la recherche fondamentale et les industries. Tout le monde est mobilisé pour obtenir une réponse urgente.

"Nous avons été extrêmement aidé par l’AP-HM. La directrice Recherche et santé nous a permis d’accélérer tous les délais administratifs. On a monté ensemble un projet d’études à vitesse grand V car on se connaît déjà tous."

La directrice de la Recherche clinique et de l'Innovation à l'AP-HM Emilie Garrido-Pradalié va dans le même sens.

"Dans ces circonstances exceptionnelles, Marseille Immunopôle nous a permis de mobiliser des compétences et des talents en un temps record, démontrant une fois de plus la force de notre collectif."

Quant aux résultats de la première étude d'observation  ils seront rendus "bientôt, le plus vite possible, avec toute la confiance que nous accordons à la méthodologie et à la science", conclue le Pr Eric Vivier.
 
Les acteurs du projet "Explore Covid-19"
Le Pôle français d'immunologie, Marseille Immunopôle fédère chercheurs, cliniciens, ingénieurs et industriels qui travaillent à la recherche et au développement d'anticorps d'immunothérapie contre les cancers et les maladies inflammatoires.

Il est à l'origine du projet "Explore Covid-19" et travaille en collaboration étroite avec un groupe d'hôpitaux marseillais, comprenant les services d'urgence, de soins intensifs et de médecine interne des hôpitaux de la Timone et de Nord, l'hôpital militaire de Laveran et la société de biotechnologie Innate Pharma.

Cette dernière finance cette étude exploratoire menée au sein de ses laboratoires de Marseille-Luminy ainsi que dans le laboratoire d'immuno-profiling MI/AP-HM de l'Hôpital de la Timone dirigé par le Dr. Frederic VELY.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sciences culture