Piscines, plages... Comment éviter les noyades durant les vacances d'été

Chaque été, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est le témoin de nombreux accidents qui mènent à des noyades. Pourtant, il existe des gestes simples pour limiter au maximum ces risques.

Une mauvaise habitude. Durant la période des vacances scolaires, de nombreuses noyades se produisent sur les plages de Provence ou dans des piscines privées ou collectives. Des drames qui peuvent pourtant être évités si l'on suit certains conseils. France 3 Provence-Alpes fait le point sur les bonnes attitudes à adopter.

Apprendre à nager

Une évidence ? Pas forcément. On apprend à nager dans l'eau, pas en visioconférence. Alors comment faire quand les piscines ont longtemps été fermées pour cause de Covid il y a trois ans ? Les enfants n'ont pas pris de cours de natation et ont accumulé parfois du retard. Sans compter ceux qui n'ont pas l'occasion de suivre des initiations dans leur région.

De nombreuses communes mettent en place des cours pour palier ce manque. Une excellente initiative qui ne touche certainement pas tous les enfants qui apprennent habituellement avec leur école. 

Le terme "noyade" signifie que la personne est dans un état critique, elle a déjà de l'eau dans les poumons. La phase précédente, pendant nous paniquons et commençons à ne plus maîtriser nos gestes, s'appelle "l'aquastress". Même les bons nageurs y sont exposés, une simple crampe peut le déclencher. 

Surveiller en permanence les piscines privées 

C'est facile à dire, ou à écrire, mais plus difficile à faire. Quand un enfant se noie dans une piscine privée, les adultes sont souvent éloignés. S'ils sont là, ils ne réalisent pas forcément ce qui arrive, la noyade étant presque toujours silencieuse.  

    A la plage, habituellement, l'enfant n'est pas seul. Dans l'eau ou sur le sable, beaucoup de monde l'entoure, des adultes susceptibles d'intervenir, maitres-nageurs sauveteurs en tête.

    Avoir conscience de ses sources de ramollissement

    Enfin les vacances après la période surréaliste des confinements ! Pour beaucoup, la détente rime avec baignade. Mais cette période a aussi été celle du grand relâchement. 

    Si vous étiez en télétravail, encore plus enfermé que d'habitude, avec pour seul exercice physique une course à la boulangerie (avec attestation), si vous avez adoré rester en pyjama sans maquillage, les cheveux en bataille et les sourcils même pas épilés. Si vous avez grignoté (en plus !) avez-vous conscience que vous avez fabriqué du gras ? Et vos muscles (les traîtres) ont fondu !

    Bref, si vous nagiez la dernière fois entre la plage et le rocher là-bas, peut-être que vous n'avez plus la condition physique pour le faire. Allez-y doucement, progressivement. Et si vous vous sentez mal, faîtes signe aux maîtres-nageurs. Vous perdrez un peu d'amour propre mais vous gagnerez un souvenir à raconter au retour (voire la vie.)

    Veiller à ce que les plages soient surveillées

    Vous connaissez bien votre plage et elle est encore plus agréable hors saison. Pas de touristes, pas de canicule. Et pas de maître-nageur sauveteur !

    Attention, les secours n'arrivent pas avec le beau temps, ils arrivent quand ils sont plannifiés. Les pompiers interviennent pour des noyades pendant ces périodes sensibles (mai, juin, septembre octobre...)

    Respecter les consignes de sécurité  

    Depuis 2004, il est obligatoire d'installer un dispositif de sécurité homologué : une barrière, une alarme ou un abri ou une bâche. 

    • La barrière doit être élevée d'au moins 1,10 mètre et munie d’un portillon
    • L’alarme sonore doit être placée à la surface de l'eau ou autour du bassin
    • La bâche doit couvrir entièrement le bassin
    • L’abri de piscine doit être entièrement fermé
    L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
    choisir une région
    Provence-Alpes-Côte d'Azur
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité