Incidents OGC Nice-OM : 5 ans d’interdiction de stade et 6 mois de prison requis contre le supporter ayant agressé Payet

Un mois jour pour jour après la rencontre agitée entre Nice et l'OM, un supporter était jugé ce mercredi 22 septembre à Nice. Agé de 28 ans, il comparait pour des violences contre l'attaquant marseillais Dimitri Payet. La procureure demandé 5 ans d’interdiction de stade et une peine de prison.

Auteur d'un coup de pied en direction de Dimitri Payet lors du match agité entre l'OGC Nice et l'OM le 22 août dernier, un supporter est jugé devant le tribunal correctionnel ce mercredi 22 septembre à Nice.

Il va au stade depuis plus de vingt ans et avait déclaré dans le box lors de sa comparution immédiate : "je regrette amèrement, je m'en veux" indiquant se sentir "honteux". Il avait demandé un délai pour préparer sa défense. 

La procureure a demandé 5 ans d’interdiction de stade et 1 an de prison dont 6 mois avec sursis. Cette interdiction de stade de 5 ans, est la durée maximale possible.

Pour elle, c'est l'image, l'exemple donné qui est ici jugé :

On est dans un coup porté volontairement... Tony C. a gâché cet esprit de fête du football. Quel est l'exemple qu'il a ainsi donné du supporter ?

La procureure de la République

"Il s'est montré indigne de sa qualité de supporteur", a insisté la procureure.

Tony C. est originaire de Nice. A la barre, en compagné de son avocat Me Benjamin Taieb, il a de nouveau regretté amèrement son attitude. 

J'espère ne pas être traité comme un exemple. Je n’ai jamais eu de faits répréhensibles en 28 ans. Je ne suis pas un hooligan !

Tony C. devant le tribunal ce 22 septembre.

Pour Me Benjamin Taïeb, son client n'a "pas du tout le profil d'un hooligan": "Il a honte de son geste" et est "dans une attitude de repentir", a-t-il plaidé, estimant les réquisitions "disproportionnées".

A chaque fois qu'il veut des explications, je me demande s'il arrive le pied tendu

a ironisé Me Louis Dubecq, avocat de l'OM.

La Ligue de football professionnel (LFP) et l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) sont parties civiles. L'avocat de la LFP s'est lui interrogé sur le comportement des supporters. (Des incidents ont éclaté lors de la mi-temps du derby du Nord opposant Lens à Lille ce samedi 18 septembre NDLR).

Qu'arrive-t-il à nos supporters français ? Après 1 an et demi de crise du COVID loin des stades, ces mouvements attentent à la sacralisation des stades,

selon l'avocat de la ligue, Me Benjamin
Peyrelevade.

Depuis son geste contre Dimitri Payet, le supporter de l'OGC Nice ne cesse depuis de recevoir des menaces sur les réseaux sociaux, sa compagne a déposé plainte.

Le premier à envahir la pelouse

Il risque un an d'emprisonnement maximum pour avoir pénétré sur la pelouse en pleine rencontre, deux à trois ans pour violences volontaires en réunion et 45.000 euros d'amende. 

Décrit comme le "match de la honte" par les spécialistes du football, le match Olympique de Marseille contre l'OGC Nice, disputé à l’Allianz Riviera le dimanche 22 août n’est pas allé à son terme.

Stoppée à la 74ème minute, plusieurs incidents ont eu lieu dans cette rencontre : jets de bouteille de la part des supporters niçois, envahissement du terrain et énormes bagarres. Selon les enregistrements vidéo diffusés à l'audience, le supporteur avait été le premier à envahir la pelouse et s'était dirigé le pied en avant vers Payet.

L'homme, qui devait passer en comparution immédiate le 25 août devant le tribunal judiciaire de Nice, avait demandé un délai pour préparer sa défense. Placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de paraître dans un
stade, il pointait une fois par semaine au commissariat.

Le jugement sera rendu le 30 septembre.

Un deuxième supporter coupable d’un salut nazi dort lui toujours en prison en attendant son procès le 13 octobre prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ogc nice football sport om ligue 1 justice société