DIAPORAMA. Législatives 2022. Qui sont les nouveaux députés du Var, dont 7 sur 8 sont du Rassemblement national ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Mechenin et Anne Le Hars

Les 8 circonscriptions du Var ont voté ce dimanche 19 juin et ont choisi leurs députés pour les 5 ans à venir. Aucun député sortant n'ont été reconduit, nous faisons le point sur les personnalités politiques qui se rendront à l'Assemblé nationale. Sur les 8 élus, 7 portent les couleurs du Rassemblement national.

Qui sont-ils ? Sept députés du Rassemblement national et un député d'Ensemble!, l'union présidentielle, vont représenter les Varois à l'Assemblé nationale > Les résultats dans le détail.

Lors du second tour, dimanche 19 juin, dans le Var, quatre députés sortant de la majorité présidentielle étaient en final pour conserver leur siège. Tous ont été battus par les candidats du Rassemblement national. 

Retrouvez les nouveaux députés de chaque circonscription :

Yannick Chenevard (ENS), seul député à résister à la vague RN

Dans la 1ère circonscription, qui englobe une grande partie de Toulon, le premier adjoint de la ville Yannick Chenevard (ENS) est arrivé en tête, avec 53,49% des suffrages exprimés. Le candidat du Rassemblement national, Amaury Navarranne a récolté 46,51% des voix. 

Dans son message de remerciements aux électeurs sur Twitter, le nouveau député a salué par ces mots cette victoire : "Avec vous, nous les avons repoussés ici à Toulon.", tout en annonçant un travail parlementaire difficile. 

Les réformes nécessaires pour améliorer la vie de nos concitoyens seront difficiles avec des extrêmes qui ne cherchent qu’à accentuer les difficultés des français qui sont le moteur de leur progression.

Yannick Chenevard, député (ENS) de la 1ère circonscription du Var

Twitter

Proche d'Hubert Falco, il est 1er adjoint au Maire de Toulon, ancien Président de la Protection Civile Française (il y a été bénévole de la Protection Civile dès l'âge de 15 ans.) et vice-Président du conseil départemental du Var. 

Laure Lavalette (RN) l'emporte dans la 2e circonscription

Avec 51,64% Laure Lavalette devance Ange Musso (ENS), qui a reçu 48,36% des suffrages exprimés.

Au premier tour, la candidate du Rassemblement national était déjà arrivée en tête, avec 30,86 % des voix.

Elle était la porte-parole de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle, mère de cinq enfants, c'est une militante d'extrême droite convaincue depuis ses 23 ans.
À 46 ans, elle est Toulonnaise d'adoption, où elle a été conseillère municipale en 2014, puis conseillère régionale en Provence-Alpes-Côte d'Azur en 2021. 
   
Elle aura à cœur de défendre "le droit des personnes porteuses de handicap", mais compte aussi s'attaquer au "volet défense".

Sujet concernant pour celle qui vient de la préfecture varoise.

Stéphane Rambaud (RN) l'emporte dans la 3e circonscription 

Dans la 3e circonscription qui rassemble les cantons de La Crau, de La Garde, et de l'est et de l'ouest de la commune de Hyères-les-Palmiers, Stéphane Rambaud, le candidat du Rassemblement national l'emporte avec 51,31% des voix. 

Le nouveau député, retraité de la police nationale, est conseiller régional. Il est membre de deux commissions : celle de sécurité-défense et celle des transports et ports. 

Isabelle Montfort, la candidate d'Ensemble!, a reçu 48,69% des votes. 

Philippe Lottiaux (RN) gagne, face à la députée sortante dans la 4e 

Philippe Lottiaux a été au côté de Patrick Balkany pendant plus de dix ans à la mairie de Levallois-Perret. Désormais installé à Fréjus, il est l'actuel directeur général des services de la mairie Rassemblement national de Fréjus. Ville dirigée par David Rachline du RN.

Le nouveau député fraîchement élu avait été devancé de près de 4 points au premier tour par la députée sortante Sereine Mauborgne (Ensemble). Au deuxième tour, il a récolté 53,65% des suffrages exprimés.

Un circonscription où Eric Zemmour, le candidat Reconquête! à la présidentielle, avait été sorti dès le premier tour.

À la fois être une opposition qui s'oppose aux projets que nous jugeons néfaste, comme la réforme des retraites, la politique migratoire, ou la perte de souveraineté, a annoncé le candidat sur ses réseaux sociaux, mais aussi proposer pour le pouvoir d'achat, la ruralité.

Philippe Lottiaux, député (RN) de la 4e circonscription du Var

Twitter

Né le 14 août 1966 à Auchel (Pas-de-Calais), diplômé de Sciences-Po Paris, a fait un 3e cycle de "sociologie des organisations" avant d'intégrer l'ENA en 1989 où il côtoie l'ex-Premier ministre, Jean Castex.  

Il a débuté sa carrière à la mairie de Paris, alors dirigée par Jacques Chirac, comme chef du service jeunesse. Après un passage au ministère de la Coopération et une collaboration avec l'association internationale des maires francophones, il revient à la mairie de Paris comme directeur de cabinet du secrétaire général de la Ville. "Mis au placard", affirme-t-il, par le nouveau maire PS Bertrand Delanoë, il rejoint Patrick Balkany.

En 2013, il est candidat FN à la mairie d'Avignon, où il est battu au 2e tour dans une triangulaire.

Autre ligne sur son Cv :il a été conseiller régional PACA entre 2015 et 2020.

Julie Lechanteux (RN) déboute le député sortant dans la 5e circonscription

Dans la 5e circonscription, qui rassemble les cantons de Fréjus, du Muy, et de Saint-Raphaël, le député sortant Philippe Michel-Kleisbauer a été battu. 

Julie Lechanteux, candidate du Rassemblement national, a récolté 55,98% des voix. "Le score m’oblige et je ferai de mon mieux pour les honorer et les défendre face à la politique de casse sociale d’Emmanuel Macron.", a-t-elle déclaré à l'annonce des résultats. 

L’ancienne adjointe au maire de Fréjus, David Rachline, s'était présenté ainsi en début de campagne  électorale : "mère de famille ayant travaillé dans le secteur privé durant plusieurs années, j’ai aussi été gérante de deux entreprises et je connais donc vos aspirations pour les avoir partagées mais aussi vos difficultés, pour les avoir endurées."

Elle s'est engagée en politique en 2013. Également élue au conseil départemental du Var en 2015, elle sera son adjointe à la mairie jusqu'en 2019, année où elle devient députée européenne, sur la liste d'extrême droite menée par Jordan Bardella. Pour éviter le cumul des mandats, elle annonce démissionner de son mandat européen, "c'est un scrutin de liste, je ne laisse donc pas un siège vide"

Discrète, souriante, élégante, la nouvelle députée est "une élue à fois de dossier, de terrain et d'action", dit d'elle Marine Le Pen. 

Franck Giletti (RN) l'emporte contre la députée sortante dans la 6e circonscription

Franck Giletti, le candidat du Rassemblement national, a récolté 56,62% face à Valérie Gomez-Bassac (ENS). La députée sortante a reçu 43,38% des voix dans la 6e circonscription du Var. 

Il est Conseiller régional en PACA, membre de la Commission Permanente, de la Commission Territoires de coopération – Méditerranée du Futur, celle des Lycées et Orientation et enfin Conseiller municipal de Puget-sur-Argens.

Député le mieux élu du département, à notre micro, il s'est félicité d'une "vague bleu marine qui déferle sur le Var", "la volonté des Varois de dire stop à la politique d'Emmanuel Macron, stop à cette casse sociale."

Frédéric Boccaletti (RN) prend sa revanche et l'emporte dans la 7e circonscription

Il est "un historique du Rassemblement national dans le Sud-Est". Proche de Jean-Marie Le Pen, militant de la Manif pour tous et plus récemment contre le pass sanitaire, il fait là son entrée à l'Assemblée nationale.

Une première victoire après deux défaites aux législatives de 2012 et 2017.

A 48 ans, il s'impose face à Cécile Muschotti, candidate du camp présidentiel, avec 52,05% de suffrages exprimés. Il était jusqu'à présent conseiller municipal d'opposition de Six-Fours-les-Plages et conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Militant du Front national depuis ses 20 ans, excepté "un an chez Mégret", patron du RN dans le Var pendant dix ans, Frédéric Boccaletti, né le 23 novembre 1973, a été directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen aux régionales 2010.

Rebelote avec la campagne de la petite-fille Le Pen, Marion Maréchal Le Pen, aux régionales 2015. Quand cette dernière se retire de la vie politique, il devient le chef de file du parti d'extrême droite au Conseil régional.

Certaines de ses formules n'ont pas manqué de créer la polémique, comme quand il dit en 2016 que les migrants étaient "animés d'un égoïsme exacerbé, doublé d'une lâcheté honteuse".

Dans le passé, il avait créé une librairie, aujourd'hui fermée, baptisée "Anthinea",du nom d'un ouvrage de Charles Maurras. "Je rendais hommage à Charles Maurras, ça j'assume, c'était une librairie de droite nationale, mais qui ne vendait pas d'ouvrages racistes, xénophobes ou négationnistes", assure-t-il aujourd'hui à l'AFP.

En 2000, il avait été condamné pour violence en réunion en marge d'un collage d'affiches : un an de prison dont six mois fermes. Il avait fait quatre mois en prison, avant d'être libéré pour raison de santé. 

Philippe Schreck (RN) est élu et bat le député sortant de la 8e circonscription 

Philippe Schreck, l'ex-bâtonnier de Draguignan dans le Var, a remporté la 8e circonscription avec 54,93% des voix. Il bat ainsi le député sortant Fabien Matras (ENS). 

"Le rejet de la macronie", voilà ce qui, selon lui, explique le succès de son parti aux législatives. 

Le ras-le-bol sur l'insécurité, le ras-le-bol sur le pouvoir d'achat, le ras-le-bol sur les retraites, le ras-le-bol sur le service public qui s'en vont, ras-le-bol de l'arrogance des gens d'en haut, qui ce soir sont peut-être tombés bas.

Philippe Schrech, député (RN) de la 8e circonscription du Var

À 50 ans, ce novice en politique, compte notamment se mobiliser sur la réforme de l'application des peines. "On va immédiatement travailler pour défendre la ruralité, a-t-il également déclaré à notre micro. Je vais, dès que je peux, aller rencontrer les hommes et les femmes qui m'ont élu."

Avocat spécialisé en droit commercial, de l'immobilier ou des transports, veut continuer de gérer ses deux cabinets varois de Brignoles et Draguignan en étant député, car "élu, c'est un CDD", expliquait-il récemment à l'AFP.

Il a rejoint le RN il y a peu, constatant "la déconstruction du pays au niveau moral et social". Candidat sans étiquette aux dernières municipales de Draguignan, mais soutenu officieusement par l'extrême-droite, celui qui est "ami" avec le maire RN de Fréjus, David Rachline, avait ensuite été candidat aux sénatoriales sur la liste RN.

Au Parlement, il entend "lutter contre le retrait des services publics, car quand l'Etat se retire, les territoires se meurent". Un sujet crucial dans cette 8e circonscription du Var où les urgences de l'hôpital de Draguignan ont connu des interruptions de service à répétition, notamment la nuit.

À quoi sert un député ? 

À l'Assemblée nationale, le député peut proposer des lois et les voter. Il a aussi pour rôle de contrôler les actions du gouvernement. 

Au total 577 députés sont élus en France. Depuis 2002, les présidents de la République ont toujours eu une majorité absolue, il n'ont donc jamais dû cohabiter avec un premier ministre de l'opposition.

Au sortir de ce second tour, pas de cohabitation en vue. Mais une majorité relative pour Ensemble!. Les députés de l'union présidentielle devront donc devoir former des alliances avec d'autres partis politiques, pour voter les lois.