Cet article date de plus de 8 ans

Leuglay (21): la truffe de Bourgogne sous l'œil des chercheurs

Une truffière pilote va très prochainement voir le jour dans le Châtillonais. Nous avons posé 3 questions à Christine Dupaty, présidente de la Truffe côte-d'orienne, association à l'origine de cette expérimentation.
Quel est le but de cette truffière pilote?

Il s'agit d'une expérimentation à visée scientifique. Nous souhaitons en savoir plus sur ce qui favorise l'apparition et la croissance de la tuber uncinatum ou truffe de Bourgogne. Nous allons planter 150 arbres mycorhizés d'essences diverses. Nous allons employer une méthode de travail de la terre utilisée en Italie où la tufficulture est très développée. Le terrain choisi est inondé une quinzaine de jours par an. Humidité, choix de variétés, terroir, pluviométrie, technique de culture... tous ces paramètres seront étudiés. A terme, il s'agit de mettre au point la truffière idéale où le champignon pousse en 5 ou 6 ans. Des chercheurs allemands travailleront également sur l'arôme de la truffe.


La truffe de Bourgogne se cultive encore très peu. Grâce à cette expérimentation, vous souhaitez la voir prendre son essor?

La truffe de Bourgogne se récolte encore énormément à l'état naturel dans les forêts. Or, dans le sud de la France ou en Italie, la trufficulture est très développée. On y fait pousser de la tuber mélanosporum ou truffe du Périgord. Pourquoi ne pourrait-on pas faire de même avec celle de Bourgogne? Surtout que la France importe de Chine 44 tonnes de truffes. Il y a donc un marché à prendre qui pourrait améliorer notre balance commerciale.


Pourquoi implanter cette truffière à Leuglay?

Leuglay sera une des points forts du futur parc national "Entre Champagne et Bourgogne". Et il est vrai que dans les forêts environnantes la truffe de Bourgogne est très présente. La mairie a donc mis à notre disposition un terrain de 2000 m² située près de la Maison de la Forêt, laquelle va nous donner un coup de main pour les relevés scientifiques. L'Université de Bourgogne va aussi nous épauler. Elle va installer une station météo et des pluviomètres. Un pépiniériste nous a offert les plants mycorhyzés. Il y a de nombreuses bonnes volontés derrière cette initiative.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche agriculture