Contrefaçon de grands vins : le marchand Rudy Kurniawan a été reconnu coupable

Le marchand de vins indonésien Rudy Kurniawan a été un temps adulé comme l'un des plus grands experts au monde. Il a été reconnu coupable de contrefaçon de grands crus français mercredi 18 décembre 2013 à New York.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

De quoi est accusé Rudy Kurniawan ?

Les 12 jurés du tribunal fédéral de Manhattan ont délibéré moins de deux heures. Ils ont reconnu Rudy Kurniawan coupable des deux chefs d'accusation retenus contre lui. L’accusé est passible d'une amende et d'une peine maximale de 40 ans de prison. Sa peine sera prononcée par un juge le 24 avril 2014.
Kurniawan, 37 ans, visage enfantin, ne s'est pas exprimé lors de l'audience et est resté de marbre à l'énoncé du verdict. Lors du procès, entamé le 10 décembre, l'accusation avait produit une multitude d'éléments accablants contre l'accusé. Kurniawan avait monté chez lui, en Californie, un véritable laboratoire de contrefaçon.

Pourquoi des vignerons de Bourgogne ont-ils témoigné à New York ?

L'accusation a cité une quinzaine de témoins, dont plusieurs experts en vins et trois vignerons bourguignons qui ont été victimes de l'Indonésien (Laurent Ponsot, Aubert de Villaine et Christophe Roumier). A l’issue du procès, Laurent Ponsot, a confié qu'il était "satisfait, mais pas heureux" du verdict. "Satisfait parce qu'il est condamné, mais pas heureux que le vin ait été présenté sous cette lumière", a-t-il expliqué.

Kurniawan était surnommé "Dr Conti", en raison de sa passion pour le célèbre Romanée- Conti, cultivé en Côte d'Or. Le faussaire avait construit son ascension sur un excellent palais, une mémoire prodigieuse des vins, et une générosité sans limite pour les collectionneurs et experts qu'il régalait volontiers de ses meilleures bouteilles. C'est une vente de vins du Domaine Ponsot, prévue en avril 2008 à New York, qui a scellé la chute de Kurniawan. Presque toutes les bouteilles étaient fausses.

L'accusé a-t-il bénéficié de complicités ?

L'ampleur totale de ses contrefaçons, une opération "massive" selon les procureurs, reste inconnue. Mais plus de 1 000 bouteilles de faux grands crus, dont des Bourgogne des domaines de la Romanée-Conti, Ponsot ou Roumier, et des Bordeaux Chateau Petrus, achetées par sept collectionneurs pour des millions de dollars, ont été attribués à Kurniawan. La question d'éventuelles complicités, dans cette activité particulièrement lucrative, reste entière. Elle n'a pas été abordée au procès.