Municipales : le long chemin vers la parité

De nombreuses lois ont été votées pour aider les femmes à entrer dans la vie politique. Mais, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir… Ainsi, la Bourgogne compte à peine 18 % de femmes à la tête d’une mairie.

Par B.L., Catherine Blaison et Antoinette Seguire [infographie de Tom Souverain]


Sur un total de 2 046 maires de Bourgogne, seulement 370 sont des femmes (soit 18,1 %). De plus, la plupart d’entre elles sont en charge d’une petite commune. Dès que la taille des villes augmente, ce sont le plus souvent des hommes qui sont élus maires.
Quand on regarde les 64 villes bourguignonnes de plus de 3 500 habitants, seulement 10 sont dirigées par une femme (0 dans l’Yonne, 2 en Côte d’Or, 4 en Saône-et-Loire et 4 dans la Nièvre). En 1995, il n'y en avait qu'une !
Cette situation n’est pas propre à la Bourgogne. Au niveau national, à peine 10% de femmes sont maires d’une ville de plus de 3 500 habitants.


Le scrutin de liste au secours de la parité

Cela dit, les choses commencent à bouger grâce au scrutin de liste (c'est-à-dire quand les électeurs votent pour une liste de plusieurs candidats). En effet, ce mode de scrutin est soumis à la loi sur la parité. Il y a des conditions strictes à respecter : la liste doit comporter autant de femmes que d’hommes ; il y a une obligation d’alternance 1-1 (un homme/une femme ou une femme/un homme).

Jusqu’à présent, le scrutin de liste ne concernait que les villes de plus de 3 500 habitants. Mais, à partir de mars 2014, il sera étendu aux communes de plus de 1 000 habitants. Conséquence : le nombre de femmes élues va augmenter mécaniquement. Il va passer de 30% actuellement à 50%. Cette disposition permettra aussi d’augmenter le nombre de femmes élues dans les intercommunalités.

Les hommes sont maires et les femmes adjointes

A noter cependant que les communes de moins de 1 000 habitants (qui représentent près de 15% de la population) ne seront pas concernées par l’obligation de la parité hommes-femmes.
Par ailleurs, il faut quand même noter que si la situation évolue, cela se fait tout de même pas à pas. Car, dans la majorité des cas, la tête de liste est un homme et le numéro 2 une femme. Il faut aussi préciser que les femmes élues dans les conseils municipaux sont souvent cantonnées aux fonctions d’adjointes aux affaires sociales ou à la culture. Le plus souvent, ce sont les hommes qui s’assoient dans les fauteuils de maire.

 

Sur le même sujet

Les + Lus