Les intermittents se mobilisent pour défendre leur statut

Le Medef souhaite supprimer le régime spécifique d'indemnisation chômage des intermittents du spectacle. Jeudi 27 février, ils étaient plusieurs milliers à manifester à Paris. A Dijon, 200 intermittents ont organisé une assemblée générale au théâtre du Parvis Saint-Jean.

Les intermittents du spectacle se sont réunis à Dijon au théâtre du Parvis Saint-Jean jeudi 27 février en assemblée générale
Les intermittents du spectacle se sont réunis à Dijon au théâtre du Parvis Saint-Jean jeudi 27 février en assemblée générale © FTV

Le Medef contre les "chômeurs indemnisés"

Les intermittents ne souhaitent pas une modification de leur statut précaire
Les intermittents ne souhaitent pas une modification de leur statut précaire © FTV
Le projet du Medef est de réduire les droits de 2,2 millions de chômeurs indemnisés, en proposant la suppression des régimes les plus favorables des intermittents et des intérimaires, ou de moduler les allocations en fonction de la conjoncture.



Date butoir pour se mettre d'accord : le 13 mars

Les partenaires sociaux (Medef, CGPME, UPA, CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC et FO) se sont donné jusqu'au 13 mars pour se mettre d'accord sur une nouvelle convention d'assurance chômage fixant notamment le montant et la durée des allocations.
Une tâche compliquée par la situation financière du régime: son déficit devrait atteindre 4 milliards d'euros en 2013.
Sa dette, de près de 18 milliards, grimperait à 22 milliards à la fin de cette année, un record.

L'Etat pour combler le surcoût

Le document patronal - Medef, CGPME, UPA - remis mercredi aux syndicats propose notamment qu'une "concertation" soit engagée avec l'Etat pour que celui-ci finance le surcoût lié au régime des intermittents, qui s'élèverait entre 300 à 350 millions d'euros, selon un récent rapport parlementaire.

Le ministère de la Culture refuse d’y toucher.

"Ce n'est pas à l'Etat de financer l'assurance chômage des intermittents, ni de quiconque d'ailleurs", a réagi mercredi la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.
Les intermittents ont tenu leur assemblée générale au théâtre du Parvis Saint Jean à Dijon le jeudi 27 février
Les intermittents ont tenu leur assemblée générale au théâtre du Parvis Saint Jean à Dijon le jeudi 27 février © FTV

"Si jamais les propositions du Medef par un effet désastreux étaient mises à exécution, ça serait la destruction de la culture", a-t-elle dit.
La ministre avait auparavant réaffirmé que le gouvernement ne laisserait "jamais détruire la spécificité des annexes 8 et 10" de la convention ayant trait au régime des intermittents (112.000 personnes indemnisées en 2012).


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter