• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Mark Karpelès est le Madoff de Chenôve

Mark Karpelès / © Twitter
Mark Karpelès / © Twitter

La Bourgogne a son Madoff: Mark Karpelès. Né à Chenôve, il est PDG de MtGox, une plate-forme en ligne basée au Japon, qui permet d’échanger du vrai argent contre des bitcoins. Aujourd’hui, il est accusé d’avoir fait perdre 480 millions d’euros de monnaie virtuelle.

Par Vanessa Hirson (AFP)

MtGox est l’une des plus anciennes et importantes bourses d’échange de bitcoin. Tout allait bien jusqu’au 7 février. Ce jour-là les transactions cessent et mardi 25 février le site est entièrement vidé de son contenu, la monnaie virtuelle tombe dans la plus grave crise de sa jeune histoire.

Son fondateur, Mark Karpelès, est aussi introuvable. Il est injoignable et absent des réseaux sociaux (il possède plusieurs comptes sur lesquels il se présente comme un programmateur informatique invétéré, un créateur d'entreprise expérimenté malgré son jeune âge et un amoureux de son chat).

Les clients du site s’inquiètent alors et accusent Mark Karpelès d’être un incompétent, voire un escroc.


Je voudrais rassurer tout le monde... je travaille très dur avec divers soutiens pour trouver une solution à nos récents problèmes



Quelques jours plus tard, le Madoff bourguignon réapparait pour justifier son absence. "Comme il y a beaucoup de spéculations à propos de MtGox et de son avenir, je voudrais rassurer tout le monde: je suis toujours au Japon et travaille très dur avec divers soutiens pour trouver une solution à nos récents problèmes", a expliqué Mark Karpelès sur le site internet de son entreprise. "Je voudrais par ailleurs demander aux gens d'arrêter de poser des questions à notre personnel: il lui a été demandé de ne communiquer aucune réponse ou information. Venez sur cette page (internet) pour de nouvelles annonces", a-t-il ajouté.  

Devant le tribunal de Tokyo le patron de MtGox a expliqué: "Nous avons perdu des bitcoins à cause des faiblesses du système. Nous sommes
désolés pour les problèmes causés à toutes les personnes concernées".
L'avocate de l'entreprise a expliqué que 750.000 bitcoins de ses clients et 100.000 bitcoins de la firme elle-même avaient disparus, précisant qu'ils auraient pu être dérobés par des pirates informatiques.


Nous avons perdu des bitcoins à cause des faiblesses du système


Alors soucis informatique ou détournement? En tout cas, les autorités japonaises ont demandé aux services de surveillance financière et à la police d'enquêter sur l'affaire MtGox. Hier, vendredi 28 février, le ministre japonais des Finances avait prévenu que Tokyo allait néanmoins agir. La plateforme d'échange a été placée vendredi sous la protection de la loi sur les faillites au Japon.

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus