• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Elections européennes : les Italiens de Bourgogne ont voté

L'Italie, ainsi que Malte, la Slovaquie et la Lituanie, font leur devoir électoral samedi 24, avant le reste de l'Europe qui votera dimanche 25 mai 2014.
L'Italie, ainsi que Malte, la Slovaquie et la Lituanie, font leur devoir électoral samedi 24, avant le reste de l'Europe qui votera dimanche 25 mai 2014.

Environ 400 millions de citoyens européens sont invités à voter pour renouveler les 751 députés du Parlement européen. En France métropolitaine, c'est le dimanche 25 mai 2014. En Italie, le scrutin est étalé sur deux jours samedi 24 et dimanche 25 mai.

Par B.L.


Les élections ont eu lieu jeudi 22 au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Vendredi 23, c'était au tour des électeurs d'Irlande et de République tchèque. L'Italie, ainsi que Malte, la Slovaquie et la Lituanie, ont commencé à accomplir leur devoir électoral samedi 24, avant le reste de l'Europe qui vote dimanche 25 mai.

Des bureaux de vote ont été ouverts pour les ressortissants italiens en Bourgogne. C’etait le cas en Saône-et-Loire, à Mâcon, Digoin et Le Creusot. Ils ont ouvert vendredi 23 et samedi 24 mai 2014.

La plus grande communauté italienne de Bourgogne se trouve en Saône-et-Loire. En 1999, on comptait un peu plus de 3 000 ressortissants en Saône-et-Loire, 1 370 en Côte d’Or, 400 dans l’Yonne,  220 dans la Nièvre.

Elections européennes : vote des Italiens de Bourgogne
Images tournées par Romy Ho-a-Chuck à Mâcon samedi 24 mai 2014

Quelle est l'histoire des Italiens de Bourgogne ?

L’immigration italienne en Bourgogne a commencé à croître à partir des années 1860, surtout en Saône-et-Loire. Puis, la Côte-d’Or est devenue à partir du début des années 1880 le premier département italien de la région.

En Saône-et-Loire, les Transalpins opèrent dans la grande industrie (les établissements Schneider et les Houillères vers Le Creusot et Montceau-les-Mines). En Côte-d’Or, ils oeuvrent dans les petites entreprises du bâtiment (tuileries, maçonneries), de la pierre (carrières) et du bois (bûcherons, scieurs, charbonniers). Les Italiens sont aussi présents, mais en moins grand nombre, dans l’Yonne et dans la Nièvre.

Après la Seconde Guerre mondiale, la population italienne connaît une nouvelle phase de croissance en Bourgogne et ce dans tous les départements. Elle passe de 7.776 en 1946 à 11.540 en 1954 et culmine à plus de 17.300  en  1962. A partir de cette date, la progression  est stoppée. Le tarissement des arrivées, les départs, les décès et les acquisitions de nationalité française font revenir la population italienne à 16.200 en 1968, 9.400 en 1982, 5.050 en 1999 et 4.000 en 2004.

Source : Histoire et mémoire des immigrations en région Bourgogne, par Pierre-Jacques Derainne

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : de nombreuses animations vous attendent pour le Mois des Climats !

Les + Lus