Changement climatique : l'Association internationale de climatologie tient son 27e colloque à Dijon

Une vingtaine de pays sont représentés au 27e  colloque de l'Association internationale de climatologie, qui se tient sur le campus de l’université de Bourgogne du mercredi 2 au samedi 5 juillet 2014.


"Il fait aujourd'hui à Lyon le climat d'Avignon il y a 30 ans". Partout dans le monde, le changement climatique est en marche : dans les Carpates roumaines ou encore dans l'état du Paraná, au Brésil, confronté à la sécheresse.

Le thème principal du 27e  colloque de l'Association internationale de climatologie est "Climat : système & interactions". Les chercheurs s’interrogent sur les conséquences très concrètes de ces phénomènes climatiques :
  • quelle serait l’intensité la plus forte d’un cyclone tropical à La Réunion ?
  • le réchauffement climatique diminue-t-il le risque de dégâts par le gel pour les cultures de climat tempéré ?
  • quel sera l’impact du changement climatique sur l’évolution de la ressource en eau en Bourgogne ?
Le programme complet du 27e  colloque de l'Association internationale de climatologie

Peut-on prédire les risques à venir ?

L'université de Bourgogne dispose d’un centre de calculs puissant : cela permet aux chercheurs de travailler sur l’impact du changement climatique dans des secteurs clés de l’économie comme la viticulture, la sylviculture. Un programme de recherches concerne aussi l’impact du changement climatique sur la ressource en eau. Un "plan d'adaptation au changement climatique" dans le bassin Rhône-Méditerranée a été présenté jeudi 5 juin 2014. Il concerne cinq régions : Bourgogne, Franche-Comté, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et PACA.

Selon une majorité d’experts, d’ici la fin du siècle, il pourrait faire quatre à cinq degrés de plus par rapport à l'ère pré-industrielle. Cela aurait des conséquences dramatiques : multiplication des événements extrêmes, baisse des rendements agricoles, extinction des espèces, hausse des océans, etc.



Reportage de François Latour et Daniel Waxin avec :
  • Valérie Masson-Delmotte, directrice de recherche au CEA (Saclay) Laboratoire des sciences du climat et de l'Environnement
  • Yves Richard, professeur et responsable de l'équipe au Centre de recherches du climat à l’université de Bourgogne
  • Benjamin Pohl, chercheur au CNRS, climatologue