Cet article date de plus de 6 ans

Bourgogne : la Région demande un geste à l’Etat pour l’achat de nouvelles rames de TER

Les élus du conseil régional de Bourgogne ont voté un budget de 180 millions pour l’achat de 13 rames TER. Mais entretemps, le gouvernement a annoncé un plan d’austérité. La Région demande donc un geste financier à l’Etat, à la SNCF, à RFF, ainsi qu'au constructeur Bombardier.
Les nouvelles rames Regio 2N (fabriquées par le constructeur Bombardier) ont la particularité d'être modulables.
Les nouvelles rames Regio 2N (fabriquées par le constructeur Bombardier) ont la particularité d'être modulables. © Bombardier Transport


Pourquoi la Bourgogne veut-elle acheter de nouvelles rames de TER ?

Lors de la session plénière des 13 et 14 janvier 2014, les élus du conseil régional de Bourgogne ont voté l’achat de 13 rames TER Regio 2N, qui devraient circuler en décembre 2016.

Cette enveloppe de 180,62 millions, étalée sur plusieurs années, doit permettre l’acquisition de 13 rames de grande capacité (160 millions). Elles seraient affectées sur la ligne Paris Bercy -Dijon-Lyon, qui est saturée. Par ailleurs, 20 millions doivent servir à créer un atelier de maintenance pour ce matériel.

Cet investissement de 180 millions correspond à la hausse de la fréquentation (+40% entre 2006 et 2012) et à la nécessité de renouveler une partie du parc des voitures Corail d'ici 2017, explique la Région Bourgogne.

© PG


Pourquoi cet investissement est-il réexaminé ?

"Depuis, le gouvernement a annoncé un plan d’austérité qui va réduire chaque année les dotations de l’Etat de 12 millions d’euros, soit une perte de recettes cumulées sur 6 ans de 180 millions d’euros", explique Jean-Paul Pinaud, vice-président de la Région Bourgogne en charge des transports TER.

En outre, "les études en cours et les estimations faites à la Région montrent que le coût de réalisation du centre technique est déraisonnable, celui de la maintenance des Regio 2N est inacceptable", précise-t-il.

Plus étonnant à ce stade du dossier, la Région Bourgogne remet aujourd’hui en cause les qualités des rames Regio 2N. "Si les rames Regio 2N sont d’un accès facile, elles n’offrent pas le niveau de confort des rames Corail et l’expérience montre qu’elles ne semblent pas être adaptées au transport sur longue distance. Or, elles doivent être affectées sur la liaison Paris-Dijon-Lyon", argumente le vice-président de la Région Bourgogne en charge des transports TER.

[Au 31 décembre 2013, neuf Régions ont déjà commandé un total de 159 trains Regio 2N, suite à un appel d’offres pour un matériel régional deux niveaux grande capacité, lancé en 2008 par la SNCF, mandatée par les Régions. Il s'agit des Régions Aquitaine (24 Region 2N), Bretagne (17), Centre (14), Midi-Pyrénées (10), Nord-Pas de Calais (18), Pays de la Loire (13), Picardie (7), PACA (16), Rhône-Alpes (40)]. 

© Bombardier Transport


Que propose la Région Bourgogne ?

Le conseil régional avance plusieurs pistes :



Où en est le projet de la Région Bourgogne d'acheter ses propres trains ?

En mars 2014, l'Association des régions de France (ARF) a publié un manifeste "pour le renouveau du système ferroviaire". L'ARF demandait déjà notamment la création d'une ressource fiscale dédiée pour gérer le coût du service ferroviaire et "faire face à l'augmentation de la fréquentation". Les Régions revendiquent surtout la propriété des trains express régionaux (TER). "Il n'est pas normal que nous ne soyons pas propriétaires de trains que l'on achète à 100%", avait lancé le président de l'ARF. En février dernier justement, neuf régions, dont la Bourgogne, ont créé une association pour acheter leurs propres trains.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun sncf politique