Le prix des loyers baisse en Bourgogne

2013 avait marqué le début d’une diminution du prix des loyers, confirmée en 2014. C’est le cas dans notre région.

Par Arnaud Lefevre


Le marché locatif subit la crise


Selon les observations de l’association CLAMEUR (Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux), la Bourgogne est  la 4ème région où les loyers baissent le plus : moins 1%.
A Dijon, moins 0,8%. Ils sont compris entre 9,5 et 10,5 euros par mètre carré. Les déséquilibres se renforcent. L’Ile-de-France plafonne à 19 euros, alors que la Franche-Comté et le Limousin sont les moins chères avec 8,5 euros.

Dans 65 % des 20 plus grandes villes de France, les loyers baissent ou progressent moins vite que l’inflation.


Travaux "obligatoires"


La hausse des loyers en cas de relocation n’est possible qu’en cas de transformation du logement, travaux d’amélioration et d’entretien, sans certitude d’amortir son investissement.
En France, seuls 18,7% des logements reloués ont bénéficié de gros chantiers en 2014, une baisse après 3 années d’efforts plus notables. La qualité du parc risque de se dégrader, avec une autre conséquence, l’augmentation du temps de vacance entre 2 locataires.

Consulter l'intégralité de l'étude de l'association CLAMEUR 


Le prix des loyers baisse en Bourgogne


Revoir le reportage de Nathalie Baffert et Claude Heudes, avec

  • Michel Fournier, directeur d'agence immobilière
  • Angélique Alix, conseillère de location
  • Jacques Maudhuy, propriétaire-bailleur

Les attentes des français en matière de logement

  1. Soutien à l'accession à la propriété
  2. Développement du logement social
  3. Aide aux jeunes actifs
  4. Mobilisation des logements vacants
  5. Rénovation des logements anciens
Ce sont les priorités révélées par une enquête du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie)
Le marché de l’immobilier est devenu inaccessible pour beaucoup de français. Il devient quasiment impossible aux personnes seules d'acheter leur logement, les couples dont les deux membres travaillent représentent aujourd'hui 62% des accédants à la propriété contre 35% en 1990. 

(Enquête du Crédoc sur les Conditions de vie et aspirations
des Français, réalisée deux fois par an depuis 1978, auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 personnes, âgées de 18 ans et plus, sélectionnées selon la méthode des quotas).

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus