Plus d'un tiers des chômeurs contrôlés par le dispositif-test de Pôle Emploi ont été radiés en Franche-Comté

Publié le Mis à jour le
Écrit par FG avec AFP

La Franche-Comté est l'une des 4 régions qui a expérimenté le dispositif de contrôle de la recherche d'emploi. Les résultats de l'étude ont été donnés ce mercredi 15 octobre. Entre juin 2013 et mars 2014: 35% des demandeurs d'emploi contrôlés, ont été radiés, pour insuffisance de recherche d'emploi.

Pôle emploi se laisse jusqu'à "la fin du premier trimestre 2015" pour généraliser ou non ses équipes de contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs, dont l'expérimentation a donné des résultats très différents selon les régions, a indiqué mercredi Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi.

L'opérateur a expérimenté depuis juin 2013 des "équipes dédiées au contrôle de la recherche d'emploi" dans quatre régions: Haute-Normandie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Franche-Comté.


Des modes de contrôles très différents selon les régions

Le mode de ciblage des contrôles variant selon la région test, elle a donné des résultats hétérogènes. Sur une période allant de juin 2013 à fin mars 2014, les taux de radiation constatés vont de 8% en région Province-Alpes-Côte d'Azur, qui effectuait des contrôles aléatoires, à 35% en Franche-Comté, qui ciblait les chômeurs exerçant des métiers en tension ou ayant bénéficié de formations.

Avec un modèle mixte, la région Poitou-Charentes a enregistré 15% de radiations. Après leur radiation, la majorité des demandeurs d'emploi (entre 62% et 71%) se sont réinscrits. "Il faut être très prudent sur l'interprétation de ces chiffres", a mis en garde Jean Bassères. "Ce n'est pas une analyse à vertu scientifique, elle n'a pas prétention de représentativité statistique", a-t-il ajouté.


Objectif de l'expérimentation: tester une dissociation du contôle et de l'accompagnement

Selon lui, l'objectif de l'expérimentation n'était pas d'évaluer le nombre de demandeurs ne cherchant pas d'emploi ni d'en déterminer les raisons, mais d'évaluer l'impact d'une dissociation du contrôle et de l'accompagnement des chômeurs. Actuellement, un même conseiller prend en charge les deux activités, ce qui "rend son travail difficile" selon M. Bassères. Selon la synthèse, le dispositif testé a été "bien accueilli" par le personnel de Pôle emploi.