Dijon: un centre de suivi du cancer du sein créé spécialement pour les femmes à haut risque

Publié le Mis à jour le
Écrit par F.L.

Le Centre régional de lutte contre le cancer Georges François Leclerc à Dijon lance le Centre Universitaire de Suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l’ovaire. La première consultation a eu lieu lundi 20 octobre

A l’occasion d’Octobre Rose, mois de sensibilisation du dépistage du cancer du sein, ce centre de suivi dédié aux femmes qui ont de forts risques de développer un jour un cancer du sein, vient d'être inauguré. Ces femmes, ce sont celles qui sont porteuses d'un gène spécifique, et/ ou, qui ont dans leurs familles déjà plusieurs cas de cancers du sein.



Ces femmes vont pourvoir bénéficier d'une prise en charge et d'un suivi pluridisciplinaire en un seul et même lieu localisé au Centre Georges François Leclerc.



Le cancer du sein

Premier cancer féminin en nombre de cas et en mortalité, ce cancer existe sous plusieurs formes. Détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans plus de 90% des cas, mais aussi soigné par des traitements moins agressifs.

Le dépistage demeure avant tout une des armes les plus efficaces de la lutte contre le cancer du sein.

En 2012, 48763 nouveaux cas ont été détectés, pour 11886 décès



Une femme sur huit sera concernée par ce cancer :

- le taux de survie est de 89% à 5 ans (2012)

- la mammographie permet de repérer 90% des cancers présents

- en Côte-d'Or, le taux de participation des femmes est de 63% (chiffres 2011-2012), alors qu'il n'est que de 53% en France

- le dépistage organisé permettrait, pour des femmes se faisant suivre régulièrement pendant 10 ans, d'éviter 100 à 300 décès pour 100 000 femmes.



L'intérêt d'une prise en charge rapide des maladies du sein

Afin de limiter l'angoisse liée à l'attente des résultats et faciliter le parcours de soins, la prise en charge rapide s'effectue dans le mois qui suit l'appel d'un numéro dédié. Une assistante médicale peut répondre aux questions, orienter la patiente ou donner un rendez-vous.



Comment se déroule la prise en charge rapide ?

- A la découverte d'une anomalie clinique (par le médecin généraliste par ex.), et suite à l'appel du numéro unique, un rendez-vous est fixé avec un radiologue sénologue qui assurera la prise en charge.

- Si une anomalie radiologique est décelée, une seconde lecture des clichés est réalisée pour décier du mode de prélèvement adapté (biopsie ou mammotome) et un rendez-vous est fixé.

- En moins d'une semaine après la biopsie, ces prélèvements auront été examinés par les médecins anatomo-pathologistes et le diagnostic aura été posé. Leurs résultats seront expliqués la patiente lors d'une consultation d'annonce.

- Si une prise en charge médiacle s'avère nécessaire, le médecin spécialiste expose la proposition thérapeutique la plus adaptée au cas de la patiente.

Tous les spécialistes (radiologue, anatomo-pathologiste, chirurgien, oncologue médical, radiothérapeuthe...) se réunissent systématiquement pour discuter et valider des propositions thérapeuthiques.



Qu'est-ce que l'"Oncogénétique" ?

Certaines familles rencontrent dans leur généalogie un nombre élevé de cas de cancers. Cela pose la question d'une éventuelle prédisposition héréditaire au cancer, des tests génétiques peuvent être proposés alors pour adapter la surveillance du patient et de ses apparentés.



Prédisposition au cancer du sein et de l'ovaire

Entre 5 et 10% des cancers du sein sont liés à l'existence d'une prédisposition familiale , en rapport avec la présence d'anomalies (mutations) dans certains gènes. 

2 gènes ont été identifiés : BRCA1 et BRCA2, ils n'expliqueraient que 40% des prédispositions au cancer du sein.



Cancers colorectaux

La prédisposition représente 5% des cancers du colon, les gènes MMR en sont responsables



Les consultations oncogénétiques pour les cancers du sein et du colon sont les plus fréquentes. D'autres prédispositions héréditaires telles que le cancer de l'estomac, mélanome/pancréas, cancer du rien, néoplasies endocriniennes multiples, syndrôme de Li Fraumeni, prostate, hémopathies malignes...



Les consultations de génétiques ont trois buts principaux :
  • répondre à la cause d'une agrégation de cancer dans une famille
  • renseigner le consultant sur les risques de transmission à la descendance
  • orienter la surveillance

Le suivi des patients prédisposés au cancer

Le développement du diagnostic des prédispositions aux formes héréditaires de cancer et de renforcement des consultations d'oncogénétique ont été intégrés dans le Plan Cancer initié en 2003 par le Président de la République Jacques Chirac.

102 sites de consultations sont répartis dans 66 villes sur l'ensemble du territoire.

Plus de 30 000 consultations d'oncogénétique y ont été effectuées chaque année, dont 70 à 80% sont liées aux cancers du sein et/ou de l'ovaire et aux cancers digestifs.



Le reportage de Marianne Picoche et François Daireaux

Intervenants :
  • Docteur Sylvaine Feutray, Radiologue, CGFL
  • Professeur Charles Coutant, Chirurgien, sénologue et gynécologue, CGFL
Chaque année, 49 000 femmes sont atteintes d'un cancer du sein et 11 800 en meurent. Pendant tout le mois d'octobre, la campagne de sensibilisation « Octobre rose » a rappelé l'importance du dépistage du cancer du sein. A Dijon, le Centre Georges François Leclerc qui prend en charge 50% des cas de cancer du sein recensés en Bourgogne est à la pointe de la recherche et du traitement du cancer du sein. Il vient de créer un centre universitaire de suivi des femmes à haut risque. Marianne Picoche / François Daireaux
























Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité