L’UMP va-t-elle disparaître si Nicolas Sarkozy est élu samedi soir ?

Bruno Le Maire (député de l’Eure), Nicolas Sarkozy (ancien président de la République) et Hervé Mariton (député de la Drôme) sont candidats à la présidence de l'UMP / © AFP PHOTO DOMINIQUE FAGET
Bruno Le Maire (député de l’Eure), Nicolas Sarkozy (ancien président de la République) et Hervé Mariton (député de la Drôme) sont candidats à la présidence de l'UMP / © AFP PHOTO DOMINIQUE FAGET

268 341 adhérents du parti de droite sont invités à choisir leur nouveau président par internet du vendredi 28 novembre 2014, à 20h (heure de métropole) au samedi 29 même heure. En cas de besoin, un second tour serait organisé le samedi 6 décembre.

Par B.L. avec l'AFP

Comment va se dérouler l’élection du président de l’UMP ?

La Haute autorité de l'UMP (Union pour un mouvement populaire) supervisera les opérations sous la direction de la juriste Anne Levade.
Objectif : ne pas laisser se reproduire les errements de fin 2012 entre copéistes et fillonistes, qui avaient failli faire imploser le parti.

Le vote des adhérents aura lieu par voie électronique. Les électeurs voteront
  • à distance depuis l’ordinateur de leur choix, y compris en connexion 3 G par le biais d’un téléphone portable ou d’une tablette
  • "sur place" depuis un ordinateur mis à disposition dans les bureaux de vote établis dans les fédérations départementales.

Qui sont les candidats à la présidence ?

Cette année, trois candidats sont en lice pour la présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, Bruno Le Maire, son ex-ministre et député de l’Eure et Hervé Mariton, député de la Drôme.

Bruno Le Maire a mis en garde les militants du parti. Il a déclaré qu'il pourrait "ne plus y avoir d'UMP si Nicolas Sarkozy est élu" samedi à la présidence. "Nous aurons un autre parti", a déclaré Bruno Le Maire sur RTL jeudi 26 novembre.

De son côté, Hervé Mariton a lui aussi dit avoir peur que le parti implose en cas de victoire de l'ex-président de la République. "J'ai peur surtout que le lendemain de sa victoire, on se retrouve avec des affrontements terribles entre candidats aux primaires présidentielles", a précisé le député de la Drôme.



Bruno Le Maire a-t-il une chance face à Nicolas Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy est donné comme le grand favori de cette élection interne, mais Bruno Le Maire "pense que la victoire est à portée de main". "Les militants ont compris l'enjeu de cette campagne et ce pourquoi ils vont voter samedi. Est-ce qu'on garde l'UMP en la rénovant en profondeur, c'est ce que je propose, ou est-ce qu'on met fin à l'UMP, c'est ce que propose Nicolas Sarkozy?", a-t-il ajouté.

"Je suis persuadé qu'une majorité de militants veut garder l'UMP et la rénover en profondeur, parce qu'ils ont parfaitement conscience que vu l'urgence politique et économique du pays, l'urgence est de se tourner vers les Français. On n'a pas une minute à perdre à adopter de nouveaux statuts, réfléchir à l'avenir de l'UMP, essayer d'inventer un nouveau nom", a poursuivi le député de l'Eure, qui s'est dit "opposé à une fusion avec l'UDI".


La disparition de l'UMP va-t-elle "dans le sens de l'Histoire" ?

François Baroin, ancien ministre et soutien de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP, a aussitôt répondu que la disparition de l'UMP était "l'évolution naturelle de la formation gaulliste", et qu'elle allait "dans le sens de l'Histoire".
"Tout comme l'UMP a été l'enfant fécondé par le rassemblement de la droite et du centre et la disparition du RPR qui, pour des militants que nous étions, nous avait interpellée, la génération d'avant avait vu l'évolution de la création du RPR et la disparition de l'UDR, c'est le sens là-aussi de l'histoire", estime François Baroin, qui a été élu mercredi président de l'Association des maires de France (AMF).

Les lieux de vote en Bourgogne

Côte d’Or

  • Dijon : permanence départementale, 38 boulevard de la Marne (9h-18h)
  • Beaune : permanence, 6 place Carnot (10h-18h)

Nièvre
Nevers : permanence départementale, 1 avenue du général de Gaulle (10h-17h)

Saône-et-Loire
Chalon-sur-Saône : permanence départementale, 38 rue du général Leclerc (9h30-18h)

Yonne

  • Auxerre : permanence départementale, 15 rue Paul Bert (9h-13h)
  • Sens : permanence de Marie-Louise Fort, 36 rue de l’Epée (9h-13h)

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus