• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : les écoles du quartier des Grésilles restent dans le réseau d’éducation prioritaire

Les parents d'élèves des Grésilles, à Dijon, ont obtenu le maintien des écoles du quartier dans le réseau d’éducation prioritaire (REP).
Les parents d'élèves des Grésilles, à Dijon, ont obtenu le maintien des écoles du quartier dans le réseau d’éducation prioritaire (REP).

Najat Vallaud Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé vendredi 12 décembre 2014 le maintien des écoles du quartier dans le réseau d’éducation prioritaire (REP).

Par B.L.

Pourquoi les écoles des Grésilles étaient-elles visées ?

Depuis plusieurs jours, les parents d’élèves étaient mobilisés pour dénoncer la sortie de leur quartier du dispositif d'éducation prioritaire.
Quatre écoles du groupe scolaire des Grésilles étaient visées par cette réforme de la carte de l'éducation prioritaire : Champollion, Flammarion, Lamartine et York. Si la décision avait été maintenue, ces établissements auraient perdu les moyens supplémentaires fournis dans le cadre d’un réseau d’éducation prioritaire pour accompagner les élèves en difficulté. Les parents craignaient notamment de voir leurs enfants scolarisés dans des classes surchargées.

La décision est liée à la fermeture en 2006 du collège Epirey dans le quartier. Or, selon une circulaire, une zone d'éducation prioritaire doit dépendre d'un collège.

Qu'est-ce qui a fait reculer le ministère de l'Education nationale ?

Face au mécontentement des familles, l’académie de Dijon et les services de la ville ont multiplié les contacts avec le ministère de l’Education nationale. Ils ont argumenté en faveur du maintien des écoles des Grésilles dans le réseau d’éducation prioritaire.

Dans un premier temps, une convention a été proposée : elle aurait permis de pérenniser un certain nombre de mesures pendant quatre ans. Mais, les parents d’élèves ont maintenu la pression.
Finalement, ils ont eu gain de cause en obtenant une décision dérogatoire.

Pourquoi l'éducation prioritaire est-elle remaniée ?

Une refonte de l'éducation prioritaire (qui concerne 20% des élèves) est en cours dans toute la France. Elle a débuté à la rentrée 2013 dans 102 réseaux (collèges et écoles de leur secteur) baptisés REP+ (c'est-à-dire des ZEP améliorées ayant davantage de moyens).

A la rentrée 2015, on comptera 350 réseaux (REP+ et REP) dans l’Hexagone. Cette refonte implique que certains établissements entreront dans cette nouvelle carte de l'éducation prioritaire et que d’autres en sortiront.

A lire aussi

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus