• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Affaire Fourniret : le père de Joanna Parrish espère la vérité

La jeune britannique Joanna Parrish, retrouvée noyée et violée le 17 mai 1990.
La jeune britannique Joanna Parrish, retrouvée noyée et violée le 17 mai 1990.

Interrogé par la BBC, le père de Joanna Parrish explique ce qu'il attend des recherches organisées avec Michel Fourniret ces derniers jours dans l'Yonne. Sa fille avait été retrouvée sans vie en 1990 à Monéteau.

Par M. F.

Joanna Parrish était assistante d'anglais au lycée Jacques-Aymot à Auxerre. Elle a été retrouvée morte le 17 mai 1990 à Monéteau dans l'Yonne. Le corps de la jeune femme était nu. L'autopsie avait révélé qu'elle avait été violée et battue avant sa mort.

Cette semaine, des recherches ont été organisées dans l'Yonne, en présence du tueur en série Michel Fourniret. L'homme avait avoué son meurtre en février dernier. Il n'a pas encore été jugé dans cette affaire.

Roger Parrish, le père de la jeune femme, a été interrogé par nos confrères de la BBC sur ces récentes recherches.
 
Affaire Fourniret : le père de Joanna Parrish espère la vérité
Interrogé par la BBC, le père de Joanna Parrish explique ce qu'il attend des recherches organisées avec Michel Fourniret ces derniers jours dans l'Yonne. Sa fille avait été retrouvée sans vie en 1990 à Monéteau. - France 3 Bourgogne - BBC
 

Qu'est ce que vous comprenez sur ce qu'il s'est passé mardi ?

Roger Parrish : Michel Fourniret a été amené à Auxerre et à plusieurs endroits que nous connaissons. Je n'en sais pas beaucoup plus que ça.

Nous avons vu des photos et nous avons reconnu les endroits. Il y avait deux ou trois lieux dans le centre d'Auxerre. C'est là semble-t-il qu'il a rencontré Joanna. Il y avait l'arrêt de bus, le bureau de poste. 

Et il y avait un ou deux autres endroits que nous avons reconnu. Il y avait aussi bien sûr Monéteau, au bord de la rivière où le corps de Joanna a été retrouvé. Donc nous connaissons bien ces endroits.
 

Qu'est-ce que ça veut dire pour vous de voir Fourniret de retour là bas ?

R. P. : C'était assez difficile, évidemment. Nous avons vu les lieux et des photos à de nombreuses reprises avec le temps. Mais voir Fourniret là-bas, c'était une autre dimension. Ça a rappelé de nombreux souvenirs.

Je ne suis pas sûr de savoir ce que les autorités françaises veulent obtenir avec cette reconstitution. Nous savons déjà que Fourniret a avoué le meurtre de Joanna. Et sa femme a confirmé ces aveux.
 

Mais quoi qu'il en soit, nous voyons cela comme une avancée positive. Nous attendons de voir quelles en seront les répercussions. Je pense que les seules choses que nous allons pouvoir obtenir, c'est rafraîchir la mémoire de Fourniret.

Autant qu'on le sache, il n'a pas donné de réels détails sur ce qu'il s'est passé entre lui et Joanna. Ça pourrait être un exercice pour le provoquer et faire revenir certains détails.

Nous savons, évidemment, qu'il est responsable de beaucoup de meurtres. Nous savons aussi qu'il confond les autres affaires pour lesquelles il a été condamné. Donc ça pourrait permettre d'éclaircir son esprit.
 

Le dossier Joanna est lié à celui de Marie-Angèle Domece ?

R. P. : Oui, je connais ce dossier depuis un moment. Le corps de Marie-Angèle n'a jamais été retrouvé. Ce déplacement à Auxerre pourrait permettre d'en savoir plus.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Cathédrale Saint-Bénigne : la petite forêt de Dijon

Les + Lus