Cet article date de plus de 4 ans

Alstom : les réactions politiques à la perte de 400 emplois pour Belfort

Depuis l’annonce de la fermeture programmée du site d’Alstom à Belfort, les réactions se succèdent par communiqué ou sur les réseaux sociaux.
l'annonce a été faite ce mercredi 7 septembre 2016 de la fermeture d'Alstom transport à Belfort.
l'annonce a été faite ce mercredi 7 septembre 2016 de la fermeture d'Alstom transport à Belfort. © MaxPPP
durée de la vidéo: 00 min 55
Alstom : Les réactions politiques



Les élus (ou ex-élus) du Territoire de Belfort pour commencer :

Le député maire LR de Belfort, damien Meslot, était ce soir l'invité du 19/20 de France 3 Franche-Comté. 
durée de la vidéo: 02 min 51
Damien Meslot (LR) invité du 19/20 de france 3 Franche-Comté
Notre page spéciale consacrée à Alstom est à revoir ici.

Dans un tweet, le sénateur LR Cédric Perrin parle de "décision brutale et inacceptable pour Belfort".





Le président du Conseil départemental du terrioire de Belfort, Florian Bouquet, se dit "stupéfait" et déplore dans un communiqué "cette fermeture [qui] sonne le glas de l’activité de production ferroviaire sur notre territoire et tout un savoir-faire local disparaît."

Michel Zumkeller, sénateur UDI du Territoire de Belfort estime dans un communiqué que "mettre un terme aux activités de production sur le site de Belfort est non seulement une catastrophe industrielle puisqu'il ne maintiendrait qu'une soixantaine d'emplois sur notre Département mais également un véritable mensonge dans la mesure où à la fois les directions industrielles et le Gouvernement s'étaient engagés à faire du site de Belfort dans toutes ses composantes une vraie réussite."

Christophe Grudler, conseiller départemental MoDem du Territoire de Belfort, qualifie cette décision de "véritable séisme pour l’emploi dans l’aire urbaine. […] Cette décision est aussi une erreur stratégique pour le groupe Alstom." Selon lui, "un groupe industriel qui méprise son passé, son histoire, ses racines, est un groupe qui n’a pas d’avenir. Car les racines c’est ce qui permet de grandir et de prospérer."

De son côté, Bastien Faudot candidat à la présidence de la République pour le MRC, conseiller départemental et municpal à Belfort se dit "atterré" par cette décision.

Jean-Pierre Chevènement espère sur son blog : "A Belfort: vite, un plan alternatif à sa fermeture !" "Quel symbole ce serait que la disparition de l’usine mère de Belfort ! Je demande au gouvernement et au Président de la République qui connait bien le dossier Alstom de faire en sorte que cette entreprise présente sans tarder un plan alternatif."


Ailleurs dans la région

Marie-Guite Dufay, présidente PS de la région Bourgogne-Franche-Comté, "fait part de sa consternation après l’annonce qui a été faite aux salariés du groupe Alstom de l’arrêt programmé de ce qui constitue aujourd’hui l’essentiel de l’activité du site de Belfort. [elle] est d’autant plus consternée que la région Bourgogne-Franche-Comté est l’une des
régions qui a le plus contribué au plan de charge du groupe Alstom à travers la commande de 16 rames de TER Régiolis pour un montant de plus de 100 millions d’euros.
"

Pour le Front National, Sophie Montel, députée européenne et conseillère régionale, rappelle que "Cette usine, qui emploie actuellement près de cinq cents personnes, était absolument essentielle à l’économie du territoire de Belfort, et plus globalement, était l’un des symboles de la puissance industrielle de notre région de Franche-Comté. […] La disparition de la branche transport d’Alstom est donc un énième symbole de la désindustrialisation de notre pays."

Jean-Michel Villaumé, député PS de Haute-Saône, réagit sur Twitter : "nous nous opposerons"


Dans un commniqué, Sylvain Ducret, le maire d’Ornans où se trouve également un site Alstom, "fait part de sa vive inquiétude à l’annonce brutale de la fermeture de l’usine d’Alstom Transport à Belfort. […] Soucieux du maintien de l’emploi local et de l’activité industrielle, [il] rappelle que le site d’Ornans est un pôle d’excellence en matière d’ingénierie et qu’il doit continuer à travailler à la production des moteurs du futur TGV et autres équipements ferroviaires. C’est pourquoi il appelle à une mobilisation de tous les acteurs publics, principalement de l’Etat, pour garantir un avenir du ferroviaire en France, et des marchés pour le fleuron industriel qu’est Alstom."


Réactions politiques nationales


Jean Luc Mélenchon évoque sur Twitter "Alstom vampirisé et détruit. Un bradage et un gâchis insupportables !" il revient sur son blog sur les six dernières années.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alstom économie entreprises