Bientôt des rues réservées aux enfants en Bourgogne ? Un appel à projets est lancé

Publié le
Écrit par Gaël Simon

Ce lundi 1er novembre, le mouvement « Rues aux enfants » a lancé un appel à projets en Bourgogne pour fermer temporairement des axes urbains et en faire des aires de jeu pour nos petites têtes. Le dispositif a notamment pour but d’alerter sur la place prégnante de la voiture dans les grandes villes.

Quand nos petites têtes se réapproprient l’espace urbain. Depuis 2015, le dispositif "Rues aux enfants" ferme temporairement les axes habituellement ouverts à la circulation des véhicules motorisés pour que les plus jeunes puissent jouer en toute tranquillité. Les dessins à la craie, marelles et ballons de baudruche remplacent les bandes blanches au sol, poteaux et panneaux de signalisation.

Organisée à plusieurs reprises en Bourgogne, notamment à Château-Chinon (Nièvre), Semur-en-Auxois, Chenôve (Côte-d'Or), Étang-sur-Arroux, Écuisses, Le Creusot et Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), l’opération sera bientôt reproduite dans la région. Un appel à projets a été lancé le 1er novembre dernier. Les maisons de quartier, associations, collectivités locales et collectifs de citoyens peuvent déposer leur candidature soit jusqu’au 15 décembre prochain, avec une validation prévue en janvier 2022, soit jusqu’au 15 juin 2022, avec une validation durant le même mois.

Reconquérir l’espace urbain

"La rue aux enfants est temporaire. Le projet est porté par les associations de quartier, les centres sociaux ou les structures pour la jeunesse. Ils choisissent une rue pour y déployer des activités de façon à ce que les enfants jouent en toute tranquillité", détaille Christian Germain. Celui-ci est correspondant pour l’agglomération de Dijon de l’association Rue de l’avenir, l’une des trois structures (avec l’Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes (ANACEJ) et Cafézoïde) qui portent depuis 6 ans le projet Rue aux enfants.

Les rues en ville ne doivent pas être que des tuyaux à voiture. Ce sont des lieux où doit pouvoir se déployer une vie sociale.

Christian Germain, correspondant de Rue de l’avenir à Dijon

Au total, 150 évènements éphémères ont vu le jour à travers la France grâce à "Rues aux enfants". Mais l’opération a une portée plus durable. Elle constitue une portée d’entrée pour une réflexion globale sur l’aménagement du territoire et de l’espace urbain. "C’est une occasion ludique, convivial et citoyenne pour amener à réfléchir. Cela conduit à entamer une réflexion sur un nouvel usage de la rue pour y réduire la place de l’automobile, y ralentir la vitesse. On se rend bien compte que les gens sont très sensibles dans les quartiers de la présence prégnante des véhicules. Il faut rendre les trottoirs aux citoyens".

L’initiative pose aussi la question de la place laissée aux enfants dans les grandes villes. "Ils vont majoritairement à l’école dans des véhicules motorisés alors que ces trajets se faisaient à pied il y a quelques années", regrette Christian Germain. Chaque jour, 30 % des écoliers se rendent en effet dans leur établissement en voiture selon une étude de l’Ifop publié en septembre 2020. Le tout, alors qu’un enfant sur deux a son école à moins de 15 minutes de son domicile.

Les volontaires de Bourgogne peuvent donc déposer un dossier de candidature sur ce lien. Tous les porteurs de projet sont d’ailleurs conviés à une rencontre organisée le 13 décembre prochain au Creusot.