Bourgogne, Alsace, Loire, et Champagne : les vins "septentrionaux" créent un salon commun

Bourgogne, Alsace, Loire et Champagne, ainsi que Jura, Lorraine, Savoie et Auvergne : les vins français des vignobles "septentrionaux", cultivés au nord du 46e parallèle, vont organiser leur premier salon commun à Paris pour promouvoir leurs exportations.

Le 1er salon "VinoVision" aura lieu en février 2017

Ce salon, baptisé "VinoVision", sera réservé aux professionnels. Il se tiendra du dimanche 12 au mardi 14 février 2017, porte de Versailles à Paris.
Bien que Paris soit une des capitales gastronomiques du monde, elle ne possédait pas de salon professionnel du vin, puisque le plus grand en France, Vinexpo, a lieu tous les deux ans à Bordeaux. Vinexpo, qui est concurrencé par le salon Prowein, qui se tient tous les ans à Düsseldorf, en Allemagne.

L’idée de réunir les vins "septentrionaux" à Paris revient aux pays de Loire qui ont souhaité "créer une place de marché unique pour la clientèle étrangère, qui est notre première cible", explique Jean-Martin Dutour, du comité interprofessionnel Interloire.
"Nous sommes sur des terroirs complexes à travailler, des climats plus rudes. Ce qui nous rassemble aussi, c'est que nous sommes très sensibles aux aléas du climat", souligne Pierre Clément, président de l'Association des vignobles septentrionaux.

© Damien Boutillet


Les aléas climatique de la récolte 2016

Cette année, "le sud de la Champagne a connu un fort gel en avril qui a réduit de 50% le potentiel de récolte. Du coup la récolte se réduira à quelque 8.000 kg de raisin cette année, au lieu de 10 à 12.000 kg une année normale", rappelle Joël Falmet, vice-président Aube du syndicat des vignerons champenois.

En Bourgogne, "les vignerons sont traumatisés par le gel et la grêle : la production de vin s'élèvera à 1,15 million d'hectolitres alors qu'elle est normalement aux alentours de 1,5 million", précise André Segala, directeur-général du bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB).

Pour les vins de Loire, le muscadet subit un déficit de 20 à 30%. Le quincy aura perdu un tiers de sa récolte, ainsi que le pouilly. L'Alsace n'a pas été touchée par les intempéries.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vins gastronomie viticulture agriculture économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter