Bourgogne-Franche-Comté : comment lutter contre la progression de l’ambroisie ?

Originaire d’Amérique du Nord, l’ambroisie est arrivée en France à la fin du 19e siècle. / © MICHAEL ESDOURRUBAILH /MAXPPP
Originaire d’Amérique du Nord, l’ambroisie est arrivée en France à la fin du 19e siècle. / © MICHAEL ESDOURRUBAILH /MAXPPP

L'ambroisie est une plante envahissante, qui provoque des allergies sévères. Un plan de lutte a été mis en place pour freiner son expansion. Le public est appelé notamment à signaler la présence de l'ambroisie sur un site internet.
 

Par B.L.

Pourquoi l’ambroisie est-elle un fléau ?


Originaire d’Amérique, l’ambroisie est arrivée en France à la fin du 19e siècle. Au fil des années, elle a gagné plusieurs régions de l’Hexagone. L’Auvergne-Rhône-Alpes est la plus touchée. Mais, en Bourgogne-Franche-Comté, l’ambroisie est en pleine progression. Les départements de la Nièvre et de la Saône-et-Loire sont les plus touchés, suivis de près par le Jura.

Cette plante annuelle se propage essentiellement lors des chantiers, des déplacements de terre, de matériaux… On la retrouve surtout sur les accotements routiers et dans les parcelles agricoles.

L’ambroisie est un véritable fléau qui coûte des millions d’euros chaque année en frais de santé. Cette plante, qui fleurit à la fin de l’été, est très allergisante. Elle sème des millions de grains de pollen qui provoquent de l’asthme, des rhinites, de l’eczéma… Le pic de pollinisation se produit vers la fin du mois d’août et parfois en septembre.

 
Reportage de Sylvain Bouillot, Hélène Assekour, Gilles Parnalland et Chantal Gavignet avec Marine Hass, référente Ambroisie à la Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles (FREDON)

Comment stopper la progression de l’ambroisie ?

Un plan de lutte est en place depuis 2018 pour tenter d'enrayer la progression de l’ambroisie. L’objectif est d’éradiquer la plante avant sa floraison.

En Côte-d’Or, par exemple, 77 communes ont déjà désigné 114 référents "ambroisie" et deux communautés de communes ont désigné 4 référents intercommunaux. Ils sont chargés notamment de repérer la présence de ces plantes, de participer à leur surveillance et d’informer les personnes dont les terrains sont concernés.

Ce plan est coordonné par les Fredons (Fédérations Régionales de Défense contre les Organismes Nuisibles).

L’ARS (agence régionale de santé) participe aussi à la lutte contre l’ambroisie, en soutenant financièrement le réseau de capteurs de surveillance des pollens dans l’air. La surveillance des pollens d'ambroisie est assurée par l’association ATMO Bourgogne-Franche-Comté : des capteurs sont installés à Dijon, Chalon-sur-Saône et Nevers, ainsi qu'à Montbéliard, Besançon, Dole et Bletterans.


Par ailleurs, il existe un site internet baptisé Signalement ambroisie. Il est destiné au grand public, qui est invité à signaler la présence de plants d’ambroisie.

 
Le site internet Signalement ambroisie permet au public de signaler les zones infestées par des plants d’ambroisie.
Le site internet Signalement ambroisie permet au public de signaler les zones infestées par des plants d’ambroisie.





 

A lire aussi

Sur le même sujet

Jura : des cartes en bois mondialement connues

Les + Lus